Monde

Canada : une croissance démographique boostée par l’immigration

La population canadienne n’a jamais augmenté aussi rapidement sur une période d’un an depuis la croissance observée en 1990 (+1,5 %), a annoncé Statistique Canada, lundi.


Il s’agit d’une hausse de plus d’une personne par minute. Le taux d’accroissement annuel a donc été de 1,4 % en 2018-2019, le plus élevé depuis 1989-1990 à 1,5 %.

La population canadienne s’élevait à 37.589.262 personnes au 1er juillet 2019, en hausse de 531.497 par rapport au 1er juillet 2018, indique l’agence fédérale, précisant que cette augmentation est imputable notamment à l’immigration.

La croissance de la population du Canada a par ailleurs été la plus forte parmi les pays du G7: plus de deux fois supérieure à celle des États-Unis et du Royaume-Uni (+0,6 % chacun), note Statistique Canada.

La population canadienne en hausse grâce à l’immigration

Cette croissance prononcée s’explique en grande partie (82,2 %) par l’accueil d’un nombre élevé d’immigrés et de résidents non permanents. Le pays a accueilli 313.580 immigrés sur la période concernée, soit un des niveaux les plus élevés de son histoire.

En 2018-2019, le Canada a accueilli 313.580 migrants, soit un des niveaux les plus élevés de son histoire, ajoute-t-on de même source, faisant savoir que le nombre de résidents non permanents a progressé de 171.536 personnes en une année, soit la plus forte hausse dans l’histoire du pays.

Bien qu’alimentée en outre par un afflux rapide des demandeurs d’asile, l’accroissement record de la population s’explique surtout par une hausse du nombre de détenteurs de permis de travail et d’études, précise l’agence fédérale.

L’augmentation de la migration internationale a été ressentie partout au pays en 2018-2019. Avec une progression de +1,2 %, le Québec a affiché son taux d’accroissement démographique le plus fort en 30 ans, alors que l’Ontario (+1,7 %) a enregistré l’un des plus importants taux durant la même période. La croissance démographique dans les provinces de l’Atlantique a été parmi les plus élevées observées depuis les années 1970. Terre-Neuve-et-Labrador demeure l’exception en ce sens qu’elle a affiché une diminution de sa population (-0,8 %) pour la troisième année consécutive.

Notons bien qu’en 2013 la population d’origine marocaine s’élevait à près de 72.000 personnes pour l’ensemble du Canada, dont 60.000 résidents au Québec.

 
Article précédent

Marché français : L’ONMT rafle plusieurs contrats

Article suivant

Le stade Mohammed V fermera à nouveau ses portes