Politique

Cannabis : les amendements du parlementaire Omar Balafrej pour le projet de loi 13.21

Suite à l’adoption du projet de loi autorisant l’usage médical du cannabis par le gouvernement, et après de riches débats, la Chambre des représentants s’apprête à passer au vote aujourd’hui.


Il s’agit, pour Omar Balafrej, député de la Fédération de la gauche démocratique (FGD), d’un projet de loi et d’un débat qui créent une rupture avec le passé. Lors des différentes discussions à la Chambre des représentants, le député avait exprimé sa grande satisfaction de voir ce genre de sujets, habituellement tabous, discutés au sein du Parlement. Pour Omar Balafrej, ce projet de loi qui semble accueillir un avis unanimement favorable ouvrirait l’opportunité de rompre avec plusieurs autres tabous et préjugés qui hantent la société marocaine. Il avait déclaré que la législation se doit de suivre la société et qu’on ne peut pas se développer comme nation qu’à travers des lois qui s’adaptent à la réalité. C’est dans ce sens que vont les trois amendements présentés par le député pour le projet de loi 13.21.

Lire aussi | Allègement des restrictions : couvre-feu réduit et heure de fermeture prolongée pour les cafés et restaurants

Le premier amendement vise la production de la plante du Kif et son usage traditionnel récréatif. Cela viendrait donc à modifier le Dahir Chérifien 1.73.282 qui date du 21 Mai 1974. Cet amendement viendrait dans une logique où le Maroc s’alignerait avec les différentes mouvances internationales et sociétales quant à ce fléau. Il permettrait au Maroc de renforcer son économie grâce à cette plante, faible en THC, et qui est cultivée depuis des siècles sur le territoire marocain. S’ajoute le deuxième amendement qui cible l’amnistie générale pour l’ensemble des cultivateurs du Kif poursuivis pour la culture du Kif. Cet amendement aura pour but de créer un climat de confiance entre les différents cultivateurs et principalement le petit cultivateur qui est considéré comme le noyau le plus faible dans cette chaîne. Cet amendement serait aussi un outil politique pour se réconcilier avec la région et ses habitants et faire régner un climat de confiance et de coopération.

Lire aussi | Gaza/Sebta : droit dans nos bottes

Comme troisième et dernier amendement, le député de la FGD souhaite ouvrir la porte à la transformation, la fabrication et le transport aux coopératives et pas seulement aux sociétés. Étant donné que le Maroc bénéficie de plusieurs success stories dans le domaine des coopératives industrielles à l’exemple de l’industrie laitière, il faudrait encourager ces coopératives pour participer à un boost économique et à la création d’une panoplie d’opportunités pour les habitants de la Région. Ce projet de loi sera donc l’opportunité de briser les différents tabous autour de ce fléau. Néanmoins et afin d’atteindre des objectifs économiques et sociétaux qui permettraient au Maroc de bel et bien profiter de cette culture et de rentrer dans une nouvelle ère, il ne faudrait pas se limiter à cette étape.

 
Article précédent

Insécurité routière : gérer sa vitesse, une nécessité vitale pour réduire les accidents selon Abdelkader Amara

Article suivant

Relance : Chakib Alj appelle le gouvernement à donner plus visibilité sur la reprise des activités