Education

Capital humain : le Maroc a du chemin à faire pour atteindre les pleines capacités de ses citoyens

50% de ses capacités productives : c’est le maximum que pourrait atteindre un citoyen marocain né aujourd’hui à l’âge adulte si les conditions d’éducation et de santé ne changent pas significativement. Le “diagnostic“ effectué par la Banque mondiale devrait être un appel au réveil pour la gestion du capital humain marocain.


C’est le constat qui ressort de « Indice du capital humain pour 2020 : le capital humain en période de Covid-19 » de l’institution de Bretton Woods. Le Royaume obtient 0,5 sur 1 dans ce classement qui évalue la quantité de capital humain qu’un enfant né aujourd’hui peut espérer atteindre à l’âge de 18 ans. L’indice entend donner une idée sur la productivité de la prochaine génération de population active par rapports aux infrastructures et à la qualité de l’éducation et de la santé. En dépit de cette moyenne peu flatteuse, il faut noter que le Maroc a réalisé un bond entre 2010 et 2020, passant d’un indice de 0,47 à 0,5. Ces efforts ont porté sur la santé, la lutte contre la mortalité infantile et maternelle, le contrôle de fécondité à travers des programmes de planification, la politique de vaccination. Seule la brique « éducation » reste encore à la traine.

Lire aussi | Un délai de 3 mois pour renouveler le permis de conduire et le certificat d’immatriculation

Malgré tout, le Maroc reste l’un des pays qui a amélioré ses performances sur la dernière décennie, notamment parmi les pays arabes. «Alors que la pandémie risque d’anéantir les fragiles progrès du développement humain, les pays MENA doivent se mobiliser davantage pour améliorer l’efficacité des investissements dans leurs populations», a déclaré Ferid Belhaj, vice-président de la Banque mondiale pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord. Dans la région MENA, le Maroc vient après les Emirats arabes unis, le Bahreïn, le Qatar, le Sultanat d’Oman, la Palestine, l’Arabie saoudite, le Koweït, la Jordanie, l’Algérie, la Tunisie et le Liban.

En Afrique subsaharienne, ce sont les Seychelles, l’Île Maurice et le Kenya qui sont en tête dans cet indice. À l’échelle mondiale, Singapore, Hong Kong, le Japon, la Corée du Sud et le Canada trustent les meilleurs scores ; le Mali, le Niger, le Soudan du Sud, le Tchad et la République Centrafricaine sont en queue de peloton.

Lire aussi | Sale temps pour l’emploi

 
Article précédent

Votre e-magazine Challenge du vendredi 18 septembre 2020

Article suivant

Coronavirus : 247 marchés conclus avec 98 entreprises par le ministère de la Santé