Société

Caricatures du Prophète Mohammed : un boycott des produits français lancé dans plusieurs pays arabes

En réaction aux propos tenus par le président Emmanuel Macron lors de l’hommage à Samuel Paty, des internautes en provenance de plusieurs pays du Golfe ont multiplié les appels au boycott de produits français. Au Maghreb, des internautes marocains, algériens et tunisiens leur ont emboité le pas.  


C’est tendu sur les réseaux sociaux où de nombreux internautes des pays du Golfe affichent leur sentiment d’indignation suite aux propos du président français Emmanuel Macron, qui a promis de ne pas « renoncer aux caricatures » du Prophète Mohammed.  « Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent », a insisté le Macron, en saluant « l’un de ces professeurs que l’on n’oublie pas », lors du discours dans la cour de la Sorbonne, lieu symbolique de l’esprit des Lumières et de l’enseignement.

Aussi, depuis hier samedi 24 octobre, ils ont multiplié, sur la toile, les appels à ne plus consommer les produits français. Très vite, un hashtag en arabe, appelant les musulmans à boycotter les produits français, se répand sur les réseaux sociaux. La campagne commence à l’ampleur, notamment au Qatar et au Koweït. La veille, l’Université du Qatar a annoncé sur Twitter le report de la semaine culturelle française à la suite de « l’atteinte délibérée à l’islam et ses symboles ».   Au Koweït, des images montrant les fromages Kiri et Babybel retirés des rayons de certains magasins ont été relayées sur les réseaux sociaux. Selon l’agence AFP, une soixantaine de sociétés coopératives, qui sont de grands distributeurs au Koweït, ont annoncé un boycott des produits français. « Nous avons retiré tous les produits français, à savoir les fromages, crèmes et cosmétiques des rayons et les avons restitués aux agents agréés de ces marques au Koweït », a expliqué le vice-président de la Fédération des coopératives, Khaled al-Otaibi. Dans ce pays du Golfe, également, plus de 400 agences de voyages ont suspendu les réservations vers la France.

Lire aussi|Le blasphème dans le monde : droit ou délit ?

Actuellement, ces appels au boycott de produits français semblent avoir été entendus. Des vidéos sont partagées sur les réseaux sociaux montrant des commerçants en train de retirer les produits français de la vente.

Perçue comme des attaques contre l’islam et les musulmans, la publication de caricatures du Prophète et les propos de Macron sur l’islam sont dénoncés sur les réseaux sociaux dans d’autres pays musulmans. Un mouvement de contestation qui gagne la rue ce week-end comme dans la Bande de Gaza en Palestine où le visage du président français est piétiné puis brûlé. La Turquie où le président Recep Tayyip Erdogan s’en est pris au président français en remettant en doute « sa santé mentale », l’Iran ou encore la Jordanie, sont montés au front.

L’Organisation de Coopération Islamique (OCI), a, quant à elle, déploré « les propos de certains responsables français (…) susceptibles de nuire aux relations franco-musulmanes ».

Au Maghreb, plusieurs pages sur les réseaux sociaux des internautes du Maroc, d’Algérie et de Tunisie, ont manifesté leur soutien à cette initiative. En Tunisie et en Algérie, certaines personnalités publiques n’ont pas hésité à leur emboiter le pas.

Lire aussi|L’idéal islamique marocain débattu à Pretoria

 
Article précédent

Le blasphème dans le monde : droit ou délit ?

Article suivant

Budget 2021 : le détail des investissements dans les régions