Il fait l'actu

Carlos Tavares, Président du directoire de PSA-Peugeot Citroën

C’est désormais officiel, PSA Peugeot Citroën va construire une usine au Maroc. Si la nouvelle bruissait depuis plusieurs mois, elle sera officialisée aujourd’hui vendredi 19 juin : Carlos Tavares, Président du directoire de PSA-Peugeot Citroën donnera cet après-midi une conférence de presse conjointe avec Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, pour présenter le projet à cette occasion. Juste avant, interviendra la signature d’un accord pour une implantation industrielle dans le royaume entre le constructeur automobile français et les autorités marocaines. C’est la ville de Kenitra qui a été choisie pour son implantation. Le site, qui devrait nécessiter un investissement compris entre 500 et 750 millions d’euros, produira entre 75 000 et 100 000 véhicules par an d’ici trois ou quatre ans. Au Maroc, avec sa future usine dans la quatrième ville industrielle du Royaume, PSA Peugeot Citroën se dotera d’un outil précieux pour rivaliser avec son frère ennemi Renault-Nissan, implanté dans le pays depuis 2012 avec l’immense usine de Melloussa, près de Tanger. Le deuxième constructeur automobile français, qui a fait de son développement à l’international la condition sine qua non de sa pérennité à travers la conquête des marchés de la Chine et de l’Amérique latine, qu’il considère prioritaires, n’oublie pas pour autant l’Afrique et le Moyen-Orient, où les taux de croissance sont particulièrement prometteurs et où le nombre de nouvelles immatriculations est estimé à 8 millions d’ici 2025. Mais, jusqu’ici, PSA ne disposait d’aucun site de production sur le continent africain, hormis une usine d’assemblage au Nigéria, qui ne produit que quelques milliers de véhicules par an. En 2014, le constructeur français a écoulé quelque 169 000 véhicules en Afrique et au Moyen-Orient, essentiellement des Peugeot 301 et des Citroën C-Elysée, ce qui représente 5,8 % de ses ventes mondiales.


Quoi qu’il en soit, avec cette nouvelle usine sur son sol, le Maroc conforte une fois encore sa position de base mondiale de l’automobile.

 
Article précédent

Textile : Des opérateurs marocains à «Première vision Paris»

Article suivant

Challenge 517