Immobilier

Carré Eden ouvre ses portes

 


Les Marrakchis ont désormais accès au nouveau shopping center du Carré Eden qui a ouvert au public à la place de l’ancien marché central rasé en 2005, au cœur du quartier de Guéliz. 

Le concept est faramineux : mis en place par « Eden Development », la société commanditaire du Français Xavier Guérand-Hermès, il comprend, outre le mall commercial, un hôtel 5 étoiles américain, le Radisson Blu, un marché de frais, un restaurant gastronomique, une cour de restauration rapide et semi rapide, 110 appartements résidentiels avec terrasse et un parking de 600 places sensé désengorger le trafic embouteillé du centre ville. Pour l’instant, seule la première tranche de ce Carré Eden est accessible au public, c’est-à-dire la partie Shopping center qui accueille une soixantaine d’enseignes comme Lacoste, Adidas, Guess, Starbucks, Gant, H&M, Celio, lesquelles pour la plupart signent leur première ouverture à Marrakech. L’inauguration vient d’avoir lieu en grande pompe en présence des autorités, des personnalités de tous bords qui comptent dans le paysage économico-culturel de la ville et de très nombreux Marrakchis, curieux de découvrir la nouvelle image de leur centre ville. «C’est un quartier à part entière dans Guéliz, affirme un responsable d’Eden Development, un lieu de vie ouvert avec un espace construit autour d’allées et de placettes avec la majorité des boutiques qui donnent sur l’extérieur». La nouvelle « place to be » de la ville ocre, destinée au plus grand nombre avec des marques qui surfent sur la mode, l’alimentaire ou l’équipement, malgré quelques grincements de dents d’opposants au projet, amoureux du vieux Marrakech d’autrefois, qui arguent du fait que le complexe « tendance et luxe » ne serait réservé qu’à une certaine élite, en particulier en ce qui concerne l’hôtel 5 étoiles, le restaurant gastronomique ou les résidences de prestige. Les concepteurs du projet s’en défendent, mettant en avant entre autres exemples le marché de frais, « un espace de proximité où artisans, maraîchers, bouchers, poissonniers ou fleuristes viendront prendre place pour faire revivre l’âme du Guéliz d’antan », avec en son centre l’ancien marché central qui avait suscité bien des polémiques au moment de sa destruction. L’ensemble du projet Carré Eden a nécessité un budget d’investissement de l’ordre d’un milliard de DHS, 34% à la charge d’Eden Development qui souhaite rester propriétaire après avoir acquis au Conseil de la ville le terrain du marché central pour 125 MDH. Le projet dont l’ouverture a été deux fois retardée, vient à point faire partie du plan d’investissement de 6,3 milliards de DHS présenté au roi début 2014, dans l’objectif de stimuler l’attractivité économique de Marrakech et lui conforter sa place en tant que leader du tourisme national et la sixième meilleure destination touristique au monde. Avec, quoi qu’on en dise, une vocation « standing », sur laquelle s’est appuyé le maître d’ouvrage du Carré Eden, l’architecte urbaniste marrakchi Karim El Achak qui a revisité l’architecture marocaine en faisant appel aux artisans locaux : « Je souhaitais proposer un lieu de standing international, avec une architecture contemporaine liée à notre tradition de bâtisseur, dit-il en ajoutant que l’art et les métiers traditionnels trouvent forcément leur place dans de nouvelles expressions. Je tiens d’ailleurs à saluer l’excellence de l’apport des nombreux intervenants sans lesquels il n’aurait pas été possible de réussir ce pari audacieux qui se veut témoin d’une époque et reflet d’une culture». L’ouverture du Carré Eden Shopping Center devrait être suivie très bientôt d’une deuxième tranche –aucune date annoncée-, avec le futur marché de frais, l’hôtel américain et ses 200 chambres et suites, son restaurant de 130 couverts, sa piscine en aquarium, son spa, sa salle de conférences, son espace de mise en forme… et enfin la partie résidentielle dont la construction est quasi achevée. L’inauguration de la première tranche de l’un des projets immobiliers multifonctionnels les plus importants de Marrakech de cette dernière décennie vient démontrer la bonne santé de l’activité économique de la ville, qui s’appuie essentiellement sur le secteur du tourisme. 

 
Article précédent

Etihad Airways poursuit sa montée en gamme

Article suivant

Le port d’Almeria vise le marché MRE