EntreprenariatFlash-eco

Casablanca, capitale des startups africaines

La capitale économique a accueilli le jeudi 25 janvier 2018 la deuxième édition de la Startup of the year Africa.


Un événement d’envergure internationale qui a réuni à Casablanca plusieurs jeunes entrepreneurs et startuppeurs venant de divers pays du continent (Afrique du Sud, Kenya, Nigéria, Togo, Côte d’Ivoire,…). Ce concours, sponsorisé entre autres par le groupe OCP, Engie, Holmarcom Group, ou encore Royal Air Maroc, a en effet livré ses secrets. Huit gagnants ont ainsi été primés lors de cette deuxième édition. Et c’est un projet venant du Kenya qui a remporté le Grand prix de la startup africaine de l’année 2018.

Il s’agit de HydroIQ, une startup fondée par Brian Bosire et Victor Shikoli, qui propose un objet connecté permettant de gérer les réseaux hydrauliques à distance. Selon ses fondateurs, HydroIQ détectent automatiquement les fuites sur le réseau, ce qui permet aux ménages de rationaliser leurs factures. Le Prix Qwant Public Choice a été décerné au startuppeur marocain Youness Ouazri, fondateur de Eco-dôme Maroc, une entreprise d’exécution des locaux écotouristiques à base de la terre naturelle sous forme de dômes.

Le Prix Spécial OCP Agritech a été décerné à la startup ivoirienne « Graci », fondée par Brou Kouame Yves Laurent et œuvrant pour l’amélioration de la production de riz en Côte d’Ivoire. Le Prix Spécial Engie est allé récompenser Peachwater, une startup nigériane. Ensuite, le Prix Spécial Groupe Holmarcom a été attribué à la startup camerounaise THEA, une application de télémédecine. La startup Semoa (France) a remporté le Prix Spécial Finance Innovation. De même, Priyo, une startup sud-africaine, a été primée par le Prix PwC et Project Alpha (Madagascar) a décroché le Community Manager africain de l’Année. « Il y a une de conscience réelle en Afrique aujourd’hui par rapport aux startups. Il y a une volonté d’accompagner ces jeunes dans leur désir de créer leur propre emploi à travers des projets innovants qui servent l’économie de leurs pays respectifs. Cela a donné naissance à un bouillonnement d’initiatives. Et donc pour accompagner ces projets qui sont surtout attendus par les générations futures, les financeurs industriels parrainent ou financent ces différents projets », a confié Joëlle Durieux, directrice générale de Finance Innovation (France).

Les organisateurs ont fait remarquer que cette année, 600 startups provenant de 52 pays différents ont participé avec plus de 12.000 votes en ligne d’internautes et 41 millions de personnes atteintes sur les réseaux sociaux. Pour rappel, Startup of the year Africa a été lancé en marge de la COP22 à Marrakech en 2016 à l’initiative de Kossi Adzo, fondateur de Startup.info, premier magazine collaboratif dédié à la mise en avant des startups.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

La CGEM prépare le partenariat du Maroc avec la Banque mondiale

Article suivant

EnR : SM le roi demande l’accélération de la stratégie nationale