ImmobilierFlash-eco

Casablanca : c’est le moment d’acheter !

« La demande sur le marché de l’immobilier à Casablanca est en train de reprendre, alors que les prix des biens se stabilisent. Même si les acquéreurs essayent de négocier, il y a un gel des prix ». Voilà comment Assia Lahrichi, directrice générale déléguée de Tijara Développement, résume la tendance de l’immobilier à Casablanca.


Il faut dire que pendant un certain moment, comme dans d’autres villes d’ailleurs, les acheteurs potentiels ont attendu pour que les prix plongent. Mais ceci n’est pas arrivé. La raison est simple. Dans une ville comme Casablanca, il existe encore une demande assez importante alors que l’offre ne suit pas forcément. Soit parce qu’elle manque quantitativement, soit qu’elle ne répond pas aux attentes. Ajoutez-y le manque de foncier. Cela traduit alors une pression sur les prix qui ne baissent pas, sauf dans les cas où les promoteurs immobiliers se retrouvent étranglés par des crédits bancaires qu’ils doivent rembourser. Dans ces cas, quelques-uns ont concédé en baissant leurs prix… mais pas trop. Dans le cas des appartements neufs, les prix à Casablanca démarrent à partir de 7000 DH/m² à Sidi Othman jusqu’à 30.000 DH dans l’arrondissement de Sidi Belyout au niveau de la marina. Casa Est connaît les prix au m² les plus bas. Ainsi à Ben M’Sick, le prix est de 7500 DH, à Moulay Rachid 7000 à 9000 DH, Sbata entre 7500 et 9000 DH. Si dans cette zone de la ville, les prix sont homogènes, dans d’autres zones la différence va du simple au double. Le cas le plus significatif est celui de l’arrondissement d’Anfa. Les prix commencent à 15.000 DH pour atteindre 28.000 DH dans d’autres quartiers de cette zone. Au Maârif, la même tendance est observée, le prix du m² oscille entre 13.000 et 27.000 DH.

Du côté des nouvelles zones urbaines de Casablanca, il faut noter que la demande en logement est importante. Selon les professionnels, les ventes ont repris depuis début 2017. Et cela devra se poursuivre. Il faut dire que les travaux de tramway, le projet du nouveau théâtre, les chantiers autour de la gare de Casa Voyageurs, les nombreux projets résidentiels grandioses en exécution dans la périphérie de Casablanca, les nombreuses zones populaires… ne manqueront pas d’impacter à la hausse et d’améliorer le standing de plusieurs quartiers qui n’ont pas la cote actuellement. C’est dire que c’est le moment de faire de bonnes affaires avant que les prix ne montent.

Capture d’écran 2017-12-11 à 17.58.40

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

10 ans de Al Omrane : acte 2

Article suivant

Sanctions à l’encontre d’un Wali et six gouverneurs