Hôtellerie

Casablanca Hospitality School: « mêmes programmes que Lausanne »

L’offre de formation dans les métiers de l’hôtellerie s’élargit. Aujourd’hui, 17 septembre à 19H, est prévue l’inauguration d’un établissement de renom en présence de Lahcen Haddad, le ministre du Tourisme.


Il s’agit de la Casablanca Hospitality School, partenaire de la prestigieuse école hôtelière de Lausanne.
L’école, spécialisée dans les métiers de l’hôtellerie et de l’accueil, basée à Dar Bouazza, offre une formation de quatre ans, nous a-déclaré Lotfi Mekouar, le Directeur pédagogique, occupé par la préparation de l’évènement de ce soir. Cette formation, similaire à celle de Lausanne, sera assurée par des professeurs marocains issus pour la plus part du domaine, en plus des cours dispensés par des intervenants venant de Lausanne. Lahcen Haddad, le ministre du Tourisme se réjouit de cette ouverture. Car, explique-t-il dans une déclaration à Challenge.ma, le Maroc a besoin d’établissements de ce genre ; les écoles offrant des formations spécialisées dans le Middle ou le Top management sont au nombre de deux. Et le ministre de poursuivre « le capital humain est au cœur de la stratégie de notre département, et une école comme celle-ci, va former des cadres moyens et supérieurs hautement qualifiés ».
Pour ce qui est de la capacité d’accueil du nouvel établissement, elle est estimée à 240 étudiants, mais pour la première année de lancement, Lotfi Mekouar, le Directeur pédagogique de l’établissement, table sur beaucoup moins.
Pour pouvoir profiter de cette formation, les étudiants devront débourser 75 000 DH pour la première année. Cette somme baissera pour se situer à 65.000 DH la deuxième année. Le management de l’école justifie cette baisse par les 6 mois de stage que devraient effectuer les étudiants. Mais pas de quoi se réjouir, parce que les frais de scolarité remonteront à 75 000 respectivement pour les 3ème et 4ème années. Des frais, pas à la portée de tous et le ministre du Tourisme, qui souhaite voir émerger de nouvelles compétences en est bien conscient. Mais, il a solution à tout, à travers un partenariat, Lahcen Haddad souhaite instaurer un système de bourse ou de crédit pour permettre aux étudiants issus des couches défavorisées de bénéficier de ce type de formation.
Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Le chèque a toujours la cote au Maroc

Article suivant

Marché des femmes : Le Maroc parmi les pays à fort potentiel pour les assurances