Banque mondiale

Catastrophes naturelles : la Banque mondiale alloue 100 millions de dollars supplémentaires au Maroc

La Banque mondiale vient d’approuver un financement additionnel de 100 millions de dollars au profit du Maroc. Cette enveloppe vise à aider le pays à mieux faire face aux répercussions des catastrophes naturelles.


La Banque mondiale indique que le financement servira à renforcer un programme existant de 200 millions de dollars et axé sur la résilience et la gestion intégrée des risques de catastrophe, en améliorant les capacités des institutions marocaines en matière de gestion des risques de catastrophe et en investissant dans la réduction des risques. Force est de souligner qu’au cours de la dernière décennie, le Maroc a amélioré son cadre institutionnel, politique et d’investissement pour mieux gérer les risques de catastrophe. Dans le détail, le pays a, dans le but d’améliorer aussi sa résilience financière,  créé un fonds de solidarité visant à atténuer l’impact financier des catastrophes naturelles sur les ménages et les entreprises et à concevoir une palette d’instruments pour réduire sa vulnérabilité financière aux risques. Selon la Banque mondiale, l’objectif de cette nouvelle opération est de renforcer l’impact des investissements dans la réduction des risques, ainsi que le suivi et l’évaluation de ces investissements. Ainsi, le programme vise à accélérer les résultats sur le terrain en s’appuyant sur les réformes déjà mises en œuvre par le Maroc, avec l’appui de la Banque mondiale.

Lire aussi| Le Maroc peut produire des composants de la voiture électrique

« En protégeant sa population et son économie contre les aléas naturels, le Maroc pourrait économiser plus de 800 millions de dollars par an. Compte tenu de sa vulnérabilité aux menaces climatiques, il est essentiel que le Maroc investisse dans l’amélioration de sa résilience face aux risques de catastrophe naturelle », a déclaré Jesko Hentschel, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb. Il a ajouté que ce financement permettra de poursuivre le programme de gestion des risques de catastrophe, qui est axé sur les résultats, avec l’objectif de protéger les populations les plus vulnérables du pays. Notons que le programme initial a déjà contribué à renforcer la résilience du pays aux catastrophes naturelles, en permettant de transformer un fonds d’intervention d’urgence en cas de catastrophe en un fonds national de résilience qui cofinance actuellement plus de 150 investissements stratégiques visant à réduire les risques climatiques, allant des infrastructures de protection contre les inondations aux systèmes d’alerte précoce, en passant par la cartographie des risques et le renforcement des capacités.

Lire aussi| OCP. Franc succès pour la nouvelle émission obligataire internationale de 1,5 milliard de dollars

On apprend aussi qu’au cours des dernières années, la Banque mondiale a renforcé son appui au Maroc en matière de gestion des risques de catastrophe, notamment sous la forme d’une aide financière et de conseils techniques spécialisés. Ainsi, une ligne de crédit conditionnelle en cas de catastrophe, approuvée en 2019, a été intégralement décaissée en avril 2020 pour aider le gouvernement marocain à faire face à la crise de la Covid-19.

 
Article précédent

Maroc : reprise des demandes de visa pour la France

Article suivant

Lycée d’excellence de Benguerir. Plus de 400 élèves admis dans les grandes écoles françaises