Scanner

Ce qui n’a pas été dit sur les coupes budgétaires

Dans la note que le ministre des Finances a adressée au Trésorier Général du Royaume en date du 8 avril (dont Challenge détient copie) relative à la coupe budgétaire de 15 milliards de dirhams, l’argentier du Royaume lui demande de s’interdire d’accorder tout visa sur les opérations d’engagement des dépenses d’investissement ouvertes au titre de la loi de Finances 2013, des ministères et des administrations concernées par la décision d’arrêter l’exécution des dépenses d’investissement, objet du décret 2-13-285. Et cela est valable jusqu’au moment de la réception d’une décision commune entre l’ordonnateur concerné et le ministre des Finances qui détermine les articles du budget concerné par cette opération et les montants y afférents. La note ne précise à aucun moment quelles sont les opérations qui sont concernées par ce gel de l’investissement. Ce qui veut dire qu’un ensemble de projets risque d’être suspendu jusqu’à nouvel ordre. 2013 peut être une année blanche.


 
Article précédent

Le Web bouleverse les méthodes de recrutement

Article suivant

Dacia continue de braver la crise