Entreprises & Marchés

Ces PME qui se risquent sur le continent africain

En l’espace d’un mois, plusieurs sociétés marocaines qui ne sont pas dans le domaine de la finance, ont annoncé leur implantation en Afrique subsaharienne. Il s’agit notamment du groupe Premiun, de Delattre Levivier, de Fénie Brossette, etc.  Elles rejoignent une liste qui a tendance à s’allonger et d’autres sociétés sont également dans la même perspective.


L’est le groupe Premium, plus connu à travers sa filiale cotée en bourse, la Société de réalisations mécaniques (SRM), qui est la dernière société à aller sur l’Afrique. Premium a choisi le Sénégal et devrait y exercer la même activité de gestion de logistique pour l’industrie et le BTP. Mais concrètement, il s’agit d’une duplication de la société marocaine au Sénégal, dont l’activité est essentiellement calquée sur celle des filiales au Maroc. Premium Sénégal devrait importer les marques des engins et matériels que distribue déjà le groupe au Maroc. Il s’agit notamment de Liebhierr, Putzmeister, Manitou, Mustang, Marini-Ermont ou encore Linde. Cette implantation à Dakar permet de couvrir une bonne partie des pays d’Afrique de l’Ouest, notamment la Mauritanie, le Mali, la Gambie, la Guinée Conakry et la Guinée Bissau. Dakar devrait être une filiale test, puisque, si elle est concluante, l’expérience sera renouvelée à Abidjan pour également desservir le Togo, le Bénin, le Burkina Faso et le Ghana, qui ont une frontière avec la Côte d’Ivoire.

Voilà un point commun, avec d’autres sociétés. Puisqu’on retrouve la même stratégie chez Fénie Brossette,mais aussi chez Delattre Levivier Maroc, et chez GFI.

Fénie Brossette, lui a choisi, la capitale ivoirienne pour commencer son internationalisation sur le continent. Mais pour lui, il s’agit tout autant de concrétisation une double diversification à la fois géographique et celle de son activité. En effet, Fénie Brossette Côte d’Ivoire et Iveco du groupe Fiat, sont liés par un contrat de concession pour la distribution des gammes de véhicules industriels et bus de marque Iveco en Côte d’Ivoire.

Fénie Brossette qui en avait fait autant, récemment, avec Fiat à Agadir sur les véhicules personnels va donc dans un terrain qui ne lui est pas très connu, celui des véhicules industriels et des bus, dans un pays qu’il ignore tout autant, à savoir la Côte d’Ivoire.

Il faut dire qu’en matière d’internationalisation, ce type de choix n’est pas le plus fréquent. Les sociétés préfèrent juste trouver des débouchées pour des produits dont elles ont la parfaite maîtrise. C’est jusqu’ici ce qu’on avait noté, notamment avec les grands groupes marocains qui sont pionniers dans l’international. Attijariwafa bank, BMCE Bank, Banque populaire, Groupe Saham ont en effet préféré rester dans les domaines qui leur sont familiers, notamment la banque pour les trois premiers et l’assurance pour le dernier. Ce risque que prend Fénie Brossette dans la distribution de véhicules poids lourds de la marque Iveco est donc très peu commun.

Et ce n’est pas tout à fait le choix qu’a fait Delattre Levivier Maroc qui va à la fois en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale. En effet, cette société cotée à la bourse de Casablanca a acheté la Société ivoirienne Gema Construction (GECO) qui est un acteur de référence dans la construction métallique en Côte d’Ivoire, mais qui est également bien implantée en république démocratique du Congo sur des marchés du pétrole et du gaz. Donc, Delattre Levivier Maroc aussi devra apprendre le nouveau métier des hydrocarbures à travers sa nouvelle filiale. Là aussi, la prise de risque est claire.

Il faut dire que cette vague se précise de plus en plus, et d’autres sociétés comptent également se lancer vers le continent. C’est le cas notamment du groupe Belakhdar, distributeur de plusieurs produits de grande consommation, notamment le thé Lion, qui aurait entamé une phase de prospection au Sénégal. Son management a déjà effectué deux déplacements vers la capitale sénégalaise, Dakar et la création d’une filiale est imminente.  

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Raja : La démonstration royale.

Article suivant

Augmentation de capital chez Tecmed