Modèle de développement

CGEM/PPS : rencontre autour du développement économique et social

À l’initiative de Mohammed Nabil Benabdallah, Chakib Alj et Mehdi Tazi, président et vice-président général de la CGEM, ont reçu lundi 7 juillet 1010 une délégation du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) conduite par son secrétaire général.


Cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre du débat constructif et engagé entre la CGEM et les acteurs de la société civile dont les partis politiques et les syndicats, était l’occasion de discuter de plusieurs sujets qui intéressent le modèle de développement économique et social de notre pays.

Lors de cette réunion, Chakib Alj a soulevé plusieurs points, notamment en rapport avec le rôle de locomotive que doit jouer l’industrie dans notre économie, l’intégration de l’informel, l’écologie et la mise en place d’un climat des affaires et d’un soutien aux TPE-PME afin de renforcer leur émergence et leur accompagnement.

Lire aussi | Présidence CGEM : premier bilan

Le président de la CGEM a également insisté sur la nécessité d’un nouveau pacte triangulaire entre le Citoyen, l’Entreprise et l’État pour réinstaurer la confiance et promouvoir un développement économique durable et inclusif.

Le secrétaire général du PPS a, de son côté, exposé des propositions pratiques pour dépasser avec succès la phase immédiate de sortie du confinement. Ces propositions s’inscrivent dans le cadre du « contrat politique nouveau » du parti qui s’articule autour de la mise en œuvre d’un plan économique de relance, de l’éradication de la précarité et de la pauvreté, de la concrétisation de la justice sociale et de la promotion de la culture, ainsi que de l’approfondissement de la vie démocratique et de l’édification institutionnelle.

Lire aussi | Le PPS dévoile ses propositions de relance

Mohammed Nabil Benabdallah a également mis l’accent sur le rôle de l’État dans la mise en œuvre d’un plan stratégique intégré prenant en considération les nouvelles priorités, l’instauration des systèmes d’orientation de la production et de la consommation, le contrôle et la régulation de la concurrence, des prix, de la qualité, la protection du consommateur, ou encore la priorisation de l’investissement public pour soutenir de grands plans économiques et industriels de développement et des secteurs stratégiques avec l’adoption d’approches financières et budgétaires innovantes.

Pour sa part, Mehdi TAZI a présenté les mesures phares du plan de la CGEM pour la relance de l’économie nationale visant la sauvegarde de l’offre et une sortie de crise saine, la stimulation de la demande par un rôle plus interventionniste de l’État et la mise en place de mécanismes transverses pour l’accélération de la transformation de l’économie nationale.

 
Article précédent

Coronavirus : 186 nouveaux cas, 14.565 cas au total, mardi 7 juillet à 10h

Article suivant

Plus de 45.000 MRE ont rejoint leurs pays de résidence