Portrait

Chaimae El Ghani, fondatrice de Go4Work : elle fait du coworking son cheval de bataille

Elle a toujours rêvé de devenir entrepreneure. Aujourd’hui, elle vit son rêve. Après six années d’expérience professionnelle, Chaimae El Ghani décide, en 2017, de prendre son envol et fonde Go4Work, un espace de coworking qui rencontre un grand succès à Casablanca.  


Le coworking est un concept novateur qui se développe au Maroc. Même s’il n’en est encore qu’à ses débuts, il n’en demeure pas moins que ce concept a déjà créé une révolution dans l’entrepreneuriat au Maroc. Marrakech, Tanger, Casablanca, Rabat, les espaces de coworking ont le vent en poupe. Surfant sur ce succès, Chaimae El Ghani décide de se lancer, et fonde en décembre 2017 Go4Work, un open space convivial avec des bureaux équipés, des salles de réunion et des services sur mesure.

Il faut dire qu’avoir un local où travailler tranquillement n’est pas chose aisée pour une startup ou un porteur de projets dans la ville de Casablanca, vu le prix élevé pratiqué sur les loyers. Comme alternative, ces jeunes entrepreneurs se ruent donc sur les espaces de coworking qui mettent à leur disposition tout le nécessaire.

Pour Go4Work, le succès ne s’est pas fait attendre. L’engouement des usagers booste la confiance de la jeune entrepreneure de 27 ans. D’une superficie de 115 m2 (trois bureaux fermés, salle de réunion et de formation et un open space pouvant contenir jusqu’à 50 personnes, Go4Work est devenu un espace de prédilection pour les jeunes entrepreneurs de la capitale, assure Chaimae El Ghani.

Un prix à l’international

« Pour attirer la clientèle, nous avons pensé à tout. Notre mission est de permettre aux jeunes entrepreneurs et porteurs de projets de s’installer dans un espace qui convient à leurs attentes. Nous offrons de l’accompagnement notamment. Ce programme d’accompagnement a été lancé l’année dernière et nous avons pu accompagner une dizaine de startups, à travers du mentoring, du coaching. Nous organisons aussi des formations professionnelles avec des experts nationaux et internationaux sur différentes thématiques et différents secteurs. Nous proposons également des after work à une fréquence de deux à trois fois par semaine », confie la fondatrice de Go4Work.

Mais qu’est-ce qui l’a motivée à se lancer dans ce secteur ? «Devenir chef d’entreprise était un rêve pour moi. Au départ, mon idée était d’entreprendre dans mon domaine d’expertise qui est la comptabilité et la finance, mais quand j’ai découvert le coworking, le concept m’a séduite et je me suis donc lancée», soutient Chaimaa El Ghani. « Depuis que nous avons commencé, je peux vous confirmer que nous sommes très satisfaits de nos réalisations durant notre première année », ajoute-t-elle.

Pour elle, c’était un défi de développer ce concept au Maroc. Mais, les choses se sont accélérées quand elle a découvert la progression à l’international du coworking et rencontré aussi ses concepteurs et plusieurs autres entrepreneurs à Paris en octobre 2017, lors de la deuxième édition du Salon dédié au coworking.

Soulignons que 60 porteurs de projets venus de tous les horizons (Sénégal, Canada, Brésil, France, Tunisie et Algérie) étaient en lice pour le Prix de l’entrepreneur international. Et, c’est Chaimae El Ghani, seule représentante du Maroc, qui a remporté le prix.

«Développer des partenariats était aussi un de mes objectifs. Ainsi, avec les organisateurs du salon, nous étudions la possibilité d’organiser quelque chose entre l’Algérie et le Maroc», assure la jeune entrepreneure. Aujourd’hui, il faut savoir que ce concept, après avoir vu le jour aux Etats-Unis, est devenu la chose la mieux partagée dans les quatre coins du monde, notamment tiré par l’émergence des startups. En effet, plus d’un million de personnes ont recours à cela, selon des statistiques.

Un concept en plein boom

Mais, au Maroc, le coworking est encore à ses balbutiements. Et pour mieux vulgariser le concept afin de lui assurer un plus grand succès, les espaces de coworking se transforment peu à peu en incubateurs, c’est-à-dire qu’ils offrent tout le nécessaire aux porteurs (accompagnement, formation, networking pour trouver un financement…). Selon Chaimae El Ghani, le marché devrait connaître une forte croissance en 2019. Ce qui d’ailleurs booste ses ambitions. Sa startup Go4Work entend accélérer son développement dès l’année prochaine.

«Nous prévoyons d’autres espaces de coworking dans la ville de Casablanca. Nous allons faire le lancement à la fin du premier trimestre 2019. De même, nous allons développer notre concept dans une ville autre que Casablanca, fin 2019 », dévoile la fondatrice de Go4Work.

Née à Casablanca, Chaimae El Ghani fait son cursus primaire et secondaire dans la capitale économique. «C’est au lycée que ma vie a changé, parce que j’ai subi le choix de mes parents, ce qui m’a amenée à refaire mon Bac. Mais, aujourd’hui, je les remercie, car ce premier échec m’a permis de développer beaucoup d’aptitudes en moi. De là, j’ai développé une vision très claire pour mon parcours académique et professionnel », se rappelle-t-elle. Elle décroche donc son Bac en 2009.

Chaimae rejoint alors l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) de 2010 à 2012 pour un diplôme professionnel en comptabilité d’entreprise. De 2013 à 2014, elle fait une licence en Audit et Contrôle de gestion. Elle enchaîne en 2015 avec un master en Management des entreprises. « J’ai mené 6 ans de carrière professionnelle avant de me lancer dans l’entrepreneuriat ».

Après des stages en entreprises dans le cadre de sa formation, Chaimae El Ghani décroche son premier emploi en tant qu’Aide comptable mi-2012 et 2013 dans une multinationale de la place. Elle y passe un an et demi avant d’intégrer le groupe M2T en tant que Comptable confirmée. Elle y exerce pendant 2 ans de 2013 à 2015. Après cette expérience, elle rejoint une autre multinationale dans la deuxième moitié de l’année 2015 en tant que responsable financier pendant un an et demi.

« Je suis une personne qui adore les nouveaux challenges et les défis. C’est pour cela que je ne dépassais pas deux ans dans mes postes », confie la jeune entrepreneure. « Mais, ce que je cherchais dans le fond, c’était l’entrepreneuriat. Alors j’ai quitté le monde du salariat et j’ai eu une autre expérience en intégrant une ONG en tant que chef de projet senior pour une durée d’un an, et c’est juste après cela que je me suis mise à mon propre compte», conclut Chaimae El Ghani. 

Bio Express

1991 : Naissance à Casablanca
2009 : Obtention du BAC
2015 : Master en Management d’entreprise
2017 : Lancement de Go4Work

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Réforme du dispositif juridique : un programme ambitieux pour 2019

Article suivant

Vidéo. Livrée spéciale du nouveau 737 MAX 8 de la Royal Air Maroc