Modèle de développement

Chakib Benmoussa, l’homme de l’heure et de la situation : L’art de se hâter lentement

La rencontre n’était pas faite pour les empoignades ou les infos exclusives. Elle se déroula un dimanche après-midi, à l’heure du café, chez si Chakib Benmoussa, ex-ministre de l’Intérieur et actuel Ambassadeur du Maroc à Paris. Nommé le 19 novembre dernier, Président de la «Commission Spéciale sur le modèle de développement» Chakib Benmoussa est là en ce dimanche de fin d’automne dans sa maison pour y recevoir des journalistes – hommes et femmes des médias, et donner du grain à moudre à l’appétit insatiable de la sphère médiatique.


L’homme est rôdé aux lois de la communication, et avec sa sincérité patente et convaincante, il s’expose au feu des questions, qu’il va éteindre par un ton courtois et posé.  Le toujours Ambassadeur à Paris, s’il se sait attendu au tournant, sait aussi que la Mission Royale qui lui a été confiée exige encore plus de doigté et de responsabilité.

Responsabilité qu’il entend engager avec le plus grand nombre de bonnes volontés qu’elles soient du monde politique, économique, culturel ou social … « Il faut qu’on construise tous ensemble … » est un des crédos de Chakib Benmoussa.

Cela fait moins d’un mois que sa nomination a été actée, et pourtant on lui réclame – les médias, toujours les médias – des faits et des actes. A commencer par les noms des membres de la commission qui travaillera avec lui. D’aucuns avancent déjà le label de «Dream team» pour qualifier une équipe qui devra d’abord être nommée par SM le Roi.

Bien sûr, Si Benmoussa a sa petite idée sur le profil, et même plus, des personnes qui la composeront, mais il ne livrera aucun nom malgré les questions pressantes. Très calme, toujours, il lâchera seulement une date approximative «Vous en saurez plus en fin Décembre». «Comprendra-t-elle des femmes ?» lance un confrère. La réponse est évidente même si l’Ambassadeur n’y a pas répondu implicitement -la réserve, toujours la réserve- réponse évidente car nul n’ignore plus la place, incontournable, de la femme dans la société marocaine. Mais parfois, le rôle des journalistes ne consiste-t-il pas à enfoncer des portes ouvertes?

Lire la suite dans votre magazine Challenge en vente dans tous les points de presse.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Le Conseil national de la presse défié par les nouvelles technologies

Article suivant

Cocktail de bienvenue au nouveau Directeur général de Vivo Energy Maroc, George Roberts