Justice

Chantage contre Mohammed VI, éclaircissement de Me Moretti


Une information judiciaire a été ouverte mercredi 26 août pour tentative d’extorsion de fonds et tentative de chantage à l’encontre de deux journalistes français, Catherine Graciet et Eric Laurent. Ils sont suspectés d’avoir tenté de faire chanter Mohammed VI : ils auraient réclamé 3 millions d’euros en échange de l’annulation de la parution d’un livre à charge contre le souverain. Maître Eric Dupond-Moretti s’est confié à Challenge.ma, confirmant une éventuelle manipulation par des groupes terroristes.

Eric Laurent et Catherine Graciet sont poursuivis pour extorsion de fonds et tentative de chantage. Vous avez affirmé vouloir étendre ces charges à l’association de malfaiteurs. Pourquoi?

Nous comptons étendre les charges à l’association de malfaiteurs, pour la simple raison qu’ils sont au nombre de deux. Ils ont tenté de comploter et de racketter l’État marocain, c’est un élément qui nous semble important à prendre en compte. Nous nous sommes référés à la définition donnée par le code pénal français, et à ce titre la peine encourue est de 10 ans.

Vous affirmez également disposer d’informations qui laisseraient entrevoir une manipulation des deux journalistes par des groupes terroristes ?

Absolument, certains éléments nous laissent penser qu’il pourrait y avoir une instrumentalisation par des groupes terroristes. Cela dit, je le dis au conditionnel, parce que c’est à l’instruction de confirmer ces éléments et de déterminer le mobile. Nous comptons remettre prochainement les éléments dont nous disposons à la justice.

L’avocat de Catherine Graciet parle de « coup monté ». Comment réagissez-vous à cette ligne de défense?

J’ai pris connaissance des déclarations hallucinantes de l’avocat de Catherine Graciet qui parle de coup monté. Je rappelle que les deux accusés ont été filmés, enregistrés lors de leurs rencontres avec le représentant du roi, et arrêtés en flagrant délit. C’est la police française qui a souhaité mettre en place ce dispositif de surveillance afin de pouvoir disposer de preuves tangibles pour les besoins de l’enquête. 

C.V express d’Eric Laurent et Catherine Graciet

L’intérêt des journalistes français Eric Laurent et Catherine Graciet à l’égard de la monarchie marocaine n’est pas récent. En 2012, les deux journalistes ont coécrit et publié le Roi Prédateur, main basse sur le Royaume. Un titre qui suffit à saisir leur appréciation négative et biaisée du règne de Mohammed VI. Eric Laurent, ancien journaliste chez le Figaro et France Culture, est surtout connu au Maroc pour avoir recueilli les confidences de feu Hassan II, consignées dans un livre paru en 1993 sous le titre Mémoire d’un Roi . Pour sa part, Catherine Graciet a notamment collaboré avec le Journal hebdomadaire. Elle a coécrit Quand le Maroc sera islamiste, un ouvrage paru en 2007.

 
Article précédent

Les entrepreneurs du web marocain veulent booster l'économie digitale

Article suivant

Les banques marocaines deviennent leaders en Afrique