Economie

Cigarette électronique : la guerre des bouffées

Les maisons mères des quatre opérateurs tabac présents sur le marché national envisagent d’investir le secteur de la e-cigarette.

La e-cigarette est en vogue. Plus d’une dizaine d’opérateurs investissent déjà le marché.


La cigarette électronique fait un tabac au Maroc. Depuis quelques mois, plusieurs annonces ont été faites sur l’arrivée de nouvelles marques de e-cigarettes au pays. Qui sont ces e-tabatiers? Quels produits proposent-ils aux consommateurs marocains et à quels prix? Une enquête que nous avons menée révèle bien des conclusions surprenantes. Au Maroc, il y aurait quelques milliers de consommateurs, et un réservoir énorme de clients potentiels. Cette forte demande a attiré ces trois dernières années les convoitises de certains opérateurs et ou opportunistes. Flash Back! «Les premiers packs de cigarettes électroniques vendus au Maroc, ont été commercialisés par les marchands de Derb Ghalef et Koréa», explique un expert du secteur. Ce n’est qu’en 2011 que les premiers sites marocains de vente en ligne d’e-cigarettes commencent à paraître. Avec la montée en puissance du marché, des dizaines d’entreprises cherchent ces derniers mois à prendre leur part du gâteau, «au point que le marché de la cigarette électronique commence à ressembler à une foire d’empoigne», décrit notre expert. Et de renchérir, «on a l’impression de voir se créer une nouvelle boîte par jour, et il y en a peu de sérieuses. Concrètement ce créneau attire beaucoup d’opportunistes, notamment ceux présents sur la toile. Certains ont des sites Internet très pro, mais derrière il y a juste une personne qui fait venir des cartons de Chine, parfois de très petits volumes». En revanche, il y a aussi des opérateurs structurés qui commencent à investir le secteur. C’est le cas de la marque Cilouette dont le lancement officiel a été fait le mercredi 19 juin. Lancée par Mohamed Bouhari, cette enseigne vient d’ouvrir un magasin de vente et de conseil sur Casablanca. «Et grâce à notre enveloppe d’investissement de 5 millions de DH nous prévoyons d’ouvrir 5 magasins en propre et des franchises. L’objectif serait d’atteindre les 120.000 clients dans les deux années à venir», explique Bouhari. À en croire les paroles du fondateur, Cilouette Shop, commercialisera des produits Chinois de bonne qualité associés à des liquides fabriqués en France.

Vapoter chinois à des prix européens !

De fait, tous «les acteurs marocains du secteur se fournissent en Chine», confirment deux responsables dans des sites de vente en ligne à Marrakech et à Casablanca. En effet, ces opérateurs commercialisent des produits et des liquides fabriqués en Chine. «Ces produits ne subissent aucun contrôle de la part du ministère de la Santé. Et pour cause, ils sont importés en petites quantités, via les sociétés de messagerie. Car, le prix d’achat qui ne dépasse pas les 5 Euros donne plus de marge aux commerçants pour faire appel aux services coûteux de ces compagnies de messagerie», confirme notre source. En outre, si les importateurs achètent le pack à 5 euros, au moment de la vente, ils réalisent au moins 1000% de bénéfice. En effet, sur cette niche, il n’existe encore aucune régulation des prix. Du coup, ils peuvent varier, entre 700 DH à 1200 DH. Le prix du liquide quant à lui varie en fonction de la concentration en nicotine. Somme toute, si le business de la cigarette électronique fleurit au Maroc, c’est parce que les marges sont très intéressantes, et il n’y a aucune réglementation qui gère le secteur. Alors, en attendant que les opérateurs du tabac s’y mettent aussi dans ce business, les importateurs ont encore de beaux jours devant eux.  

 
Article précédent

Les recommandations du Forum Béni Amir pour Tadla-Azilal

Article suivant

Millenium Challenge : 94% des fonds engagés