Non classé

CIH Bank mise sur la banque universelle

Banque. La banque consolide son modèle de banque universelle à travers une nouvelle stratégie. Etalée sur la période 2016-2020, celle-ci vise à renfoncer les acquis du CIH Bank et à lui permettre d’élargir son périmètre d’activités. par Roland Amoussou


Le CIH Bank maintient le cap sur sa stratégie. Près de trois ans après avoir amorcé un nouveau virage dans son développement, le Crédit Immobilier et Hôtelier poursuit son objectif de devenir une banque universelle, faisant des nouvelles technologies un pilier de cette nouvelle ère qu’elle a entamée. Dans un secteur bancaire national marqué par une rude concurrence, CIH Bank entend élargir ses horizons, afin de peser de tout son poids sur le marché local. C’est dans cette optique que la banque vient de mettre en branle un nouveau plan stratégique pour accompagner sa vision et ses ambitions. Dans le détail, la filiale de la CDG veut accélérer les choses avec ce nouveau plan qui s’étale sur la période 2016-2020. « La nouvelle stratégie vise à consolider le positionnement de la banque en tant que banque universelle en phase avec les nouvelles évolutions technologiques et numériques », souligne Lotfi Sekkat, directeur général délégué du CIH Bank. D’une part, il s’agira de consolider la banque de l’immobilier à travers le lancement de plusieurs offres, le maintien du rythme de rotation des encours et bien d’autres. Il y a également le développement de la banque d’Entreprise. Ceci passera par le développement des encours, de l’activité à l’international et de la salle des marchés. La banque va de même mettre un accent particulier sur le déploiement d’une panoplie d’offres digitales corporate et une amélioration de son service à travers une organisation plus efficace. Il est aussi question de poursuivre l’extension du réseau. De même, la diversification de portfolio produit est prévue.
Nouveaux marchés
A ce niveau, CIH Bank envisage la consolidation de l’offre-Banque universelle en phase avec les nouvelles évolutions technologiques et numériques et aussi le déploiement de la vente en ligne. «Nous allons poursuivre la mise en place de stratégie bancaire multicanal. Cela veut dire que le client peut commencer son opération sur son Smartphone, son ordinateur portable ou tablette, et la finir en agence », précise le top management. D’autre part, les orientations stratégiques du nouveau plan doivent stimuler la rentabilité et la productivité de la banque. Pour ce faire, CIH Bank mise sur le développement de synergie entre ses filiales, notamment à travers l’enrichissement de l’offre bancassurance avec Atlanta dans le cadre d’un partenariat symétrique, ou encore l’externalisation et/ou filialisation des activités crédits, recouvrement, transfert cash etc. Les autres points clés sont l’optimisation du coût de refinancement ou encore l’amélioration de la qualité de service et l’innovation IT. «Nous œuvrons de sorte à avoir une force de frappe nécessaire de façon à aller vers des secteurs de rentabilité générant du PNB », renchérit Ahmed Rahhou, PDG du CIH Bank. Dans ce sens, CIH Bank investit de nouveaux marchés, notamment celui des banques participatives et celui des OPCI (organismes de placement collectif immobilier). Concernant ce dernier, la banque s’impatiente et attend de pied ferme son agrément. Elle vient d’ailleurs de mettre en place une filiale, Ajarinvest, qui s’occupera de ce marché. La mission de cette nouvelle filiale sera de cibler la collecte de l’épargne longue qui servira à l’investissement dans l’immobilier. Au sujet des banques participatives, le dispositif du CIH Bank est totalement prêt aussi. Sa filiale QMB qui va s’occuper de ce volet n’attend plus que l’agrément qui, selon Bank Al Maghrib devrait être prêt d’ici fin 2016 ou début 2017 au plus tard. Rappelons que la banque a noué un partenariat avec le qatari QIIB (Qatar International Islamic Bank) pour attaquer ce marché. «Dès 2017, QMB sera une banque totalement opérationnelle, avec son propre siège, une couverture au niveau national, ses moyens humains, techniques et financiers conformes aux ambitions fixées. Le Capital de QMB est de 600 millions de DH. Il sera porté à 1 milliard afin d’accompagner le développement de cette banque participative» précise Ahmed Rahhou.

 
Article précédent

Décathlon ouvre son capital à ses salariés

Article suivant

ADM : des projets pour réduire l’impact du changement climatique