Ciment

Ciments de l’Atlas : une émission obligataire d’un milliard de DH à l’horizon

Dans une conjoncture économique émaillée d’incertitudes, le groupe Ciments de l’Atlas (CIMAT) ose une sortie sur le marché obligataire. En effet, les instances de gouvernance du cimentier détenu à 89% par la famille Sefrioui (actionnaire de référence du leader marocain de l’immobilier Groupe Addoha) viennent d’autoriser le management à lancer une opération d’émission obligataire à hauteur d’un milliard de dirhams. Pour l’instant, la note d’information sur laquelle planche la banque d’affaires mandatée par le numéro trois du ciment au Maroc, n’a pas encore été déposée pour validation auprès de l’Autorité Marocaine des Marchés Financiers (le gendarme de la place financière) ; mais selon des sources proches de l’émetteur, l’opération devra être bouclée vers fin 2020.


Lire aussi |Tests du Covid-19 : le Maroc entre au top 40 mondial

Certes, CIMAT n’est pas à sa première sortie sur le marché de la dette privée puisqu’en 2012 et 2017 l’opérateur qui compte deux usines de ciments (une à Beni Mellal et l’autre à Ben Ahmed) avait déjà réussi des levées totalisant cinq milliards de dirhams ; mais cette fois-ci l’environnement est des plus chahutés à cause de la crise sanitaire du Covid-19 et ses répercussions tant sur l’économie réelle (récession, baisse de la consommation, repli des investissements…) que sur les marchés financiers. Donc trouver preneur pour du papier privé, notamment sans garantie en collatéral, et malgré la qualité de signature de l’émetteur, est une véritable gageure et quand bien même le taux de souscription d’une telle opération pourrait être une réussite tant le papier frais est quasi-inexistant, les investisseurs risquent d’exiger un spread élevé. Pour rappel, lors de la dernière émission obligataire de CIMAT en 2017 (alors que le marché sortait à peine d’une période de défiance suite à plusieurs défaillances d’émetteurs tel Maghreb Steel, Alliances…), cette prime de risque avait oscillé entre 145 et 155 points de base. Les pronostics sont donc ouverts pour la troisième sortie de ce groupe dont le chiffre d’affaires en 2019 a atteint 3 milliards de dirhams (en progression de 4% par année glissante).

Lire aussi |LC Waikiki : un investissement additionnel de 100 MDH au Maroc

 
Article précédent

Industrie: le nouveau système de contrôle des produits industriels à l’importation est entré en vigueur

Article suivant

Coronavirus: 61 nouvelles guérisons, 563 nouveaux cas, mercredi à 18 heures