Boisson

Coca-Cola au Maroc : 3,5 milliards de DH de valeur ajoutée

Coca-Cola Maroc a présenté, au siège de la CGEM, les résultats de l’étude d’impact socio-économique du Système Coca-Cola au Maroc, composé de The Coca-Cola Export Corporation – Maroc, ainsi que ses partenaires embouteilleurs, à savoir North Africa Bottling Company (NABC) pour la région centre, Atlas Bottling Company (ABC), pour le nord et l’oriental, et la Société des Boissons Gazeuse du Souss (SBGS) pour la région sud.


Menée par le cabinet international Steward Redqueen, l’étude est déployée selon une méthodologie développée par le Prix Nobel d’Économie Wassily Leontief. Elle a démontré le profond ancrage local du Système Coca-Cola en tant qu’ensemble d’entreprises marocaines, faisant appel à des collaborateurs marocains et à des fournisseurs majoritairement marocains, participant ainsi à l’essor de l’économie nationale.

Approvisionnement local
Ainsi, en matière d’approvisionnement, le Système Coca-Cola achète 66% des matières premières localement. Ce volume équivaut à 1,8 milliard de DH en achats auprès de fournisseurs marocains. Par exemple, tout le sucre qui entre dans la fabrication des boissons de l’entreprise est acheté auprès de Cosumar. Cette politique d’approvisionnement local est également appliquée pour les emballages dont 97% du polyéthylène téréphtalate (PET), 100% des bouteilles en verre, 100% des canettes, et 43% des bouchons sont achetés localement. Le Système Coca-Cola fait donc appel à des opérateurs de différents secteurs économiques dans l’agriculture et l’industrie, mais aussi dans les services pour le design des emballages, le conseil, le marketing ou la communication. Cette politique d’approvisionnement permet de créer de la valeur et de générer un grand nombre d’emplois dans l’amont de la chaîne de valeur.

Emplois et salaires
Le Système Coca-Cola est par ailleurs un important pourvoyeur d’emplois, puisqu’il emploie directement plus de 3800 collaborateurs, représentant presque 3% de l’emploi du secteur agroalimentaire marocain. À ces emplois directs viennent s’ajouter 23.600 emplois indirects répartis à part égales entre l’amont et l’aval de la chaîne de valeur. Ainsi, chaque emploi direct dans le Système Coca-Cola en génère 6 autres dans la chaîne de valeur. Au total, ce sont 27.400 emplois qui sont générés par les activités du système, équivalent à plus de 0,3% de l’emploi national tous secteurs confondus.

Au-delà du nombre d’emplois directs et indirects, les postes de travail générés dans la chaîne de valeur sont rémunérés au-dessus de la moyenne nationale. Le montant global des salaires distribués dans la chaîne de valeur est de près de 1,8 milliard de DH, établissant le salaire moyen au-dessus de 5000 DH mensuels. Cette rémunération est répartie de manière équilibrée dans la chaîne de valeur, avec 30% sur l’amont, 30% pour le Système, et 40% sur l’aval.

Taxes et impôts
Par ailleurs, le Système Coca-Cola et ses partenaires intervenants dans la chaîne de valeur contribuent significativement aux recettes fiscales de l’État. C’est ainsi 1,35 milliard de DH de taxes qui sont payées chaque année par l’ensemble des acteurs, incluant la TVA avec environ 830 millions de DH. Sur les près de 500 millions restants, le Système lui-même paye environ 300 millions, dont 180 millions pour la TIC.

Valeur ajoutée globale
Enfin, le Système Coca-Cola, tout au long de sa chaîne de valeur, génère 3,5 milliards de DH de valeur ajoutée, soit près de 0,4% du PIB du Maroc. Le Système à lui seul produit 922 millions de DH de valeur ajoutée, contribuant à hauteur de 4,2% au PIB de l’industrie agroalimentaire du pays. La majeure partie de cette richesse (plus de 50%), est destinée à la rémunération des emplois.

Au-delà de ces impacts quantifiables, le Système a également des impacts qualitatifs sur toute la chaîne de valeur. Los fournisseurs, considérés comme des partenaires à part entière, sont soumis à un cahier des charges très strict, aussi bien en termes de qualité des produits, qu’en termes d’excellence des process, certification, responsabilité sociale, impact environnemental. Le respect de ce cahier de charges permet de tirer tout l’amont vers le haut, aidant les fournisseurs à se structurer et à sortir de l’économie informelle.

Ce même constat est valable pour les distributeurs. Le Système les aide ainsi à moderniser leurs points de vente, surtout pour la distribution traditionnelle qui absorbe 88% du volume. Par ailleurs, des sessions de formation pour tous les clients sont régulièrement organisées, avec des approches spécifiques au secteur d’activité de chacun, afin de les aider à optimiser leurs points de ventes respectifs, conclut Coca-Cola.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Mohamed Sajid en opération de séduction en Hongrie

Article suivant

Doing Business 2018 : le Maroc 3ème dans la région MENA