Enseignement

Connecter les écoles pourrait faire grimper le PIB de 20% [Rapport]

Un rapport de l’Economist Intelligence Unit (EIU) parrainé par Ericsson, a révélé que les nations ayant une faible connectivité haut débit ont le potentiel de réaliser une augmentation du PIB allant jusqu’à 20 % en connectant les écoles à lnternet.


Une main-d’œuvre bien formée est plus susceptible d’être innovante et d’avoir des idées novatrices, ce qui favorise le développement économique et la création d’emplois. L’analyse de l’EIU montre que pour chaque augmentation de 10% de la connectivité des écoles dans un pays, le PIB par habitant pourrait augmenter de 1,1%.

Dans le contexte du Niger, pays d’Afrique de l’Ouest, le rapport indique que l’amélioration de la connectivité scolaire jusqu’au niveau de celle de la Finlande pourrait faire augmenter le PIB par habitant de près de 20%, de 550 dollars par personne dans le scénario de référence à 660 dollars par personne en 2025.

Lire aussi | La CGEM, la voix du secteur privé marocain [Vidéo]

Le rapport se concentre sur quatre actions clés pour apporter un changement :
– La collaboration : une stratégie holistique de partenariat public/privé est nécessaire pour coordonner les efforts des parties prenantes afin de surmonter les obstacles à la connectivité des écoles.
– L’accessibilité et un prix abordable : la construction d’une infrastructure permettant l’accès à l’internet est un point de départ. La qualité de la connexion et le coût sont également des facteurs importants.

– L’intégration d’Internet et des outils numériques dans l’éducation : une fois l’accès à la connectivité scolaire réalisé, il faut l’intégrer dans le programme scolaire. Les enseignants doivent être formés pour intégrer la technologie dans l’apprentissage quotidien.
– La protection des enfants en ligne : la connectivité scolaire offre des opportunités aux enfants.  Des mesures supplémentaires doivent être prises pour garantir des environnements d’apprentissage en ligne sains et protégés. L’utilisation d’Internet doit être correctement gérée pour garantir une utilisation sûre et sécurisée…

Lire aussi | Tourisme. Une perte de plus de 4000 milliards de dollars pour l’économie mondiale en 2020 et 2021 [Rapport]

Le rapport recommande également que les dirigeants des secteurs publics, privés et des ONG du monde entier puissent avoir un impact considérable sur la réduction de la fracture numérique en unissant leurs forces pour faire de la connectivité Internet une réalité mondiale pour les écoliers de tous âges.

En conséquence, Ericsson lance aujourd’hui un appel à ces acteurs pour qu’ils soutiennent les efforts de Giga (une initiative de connectivité scolaire fondée par l’UNICEF et l’Union Internationale des Télécommunications) par des actions telles que : le financement, le partage de données, l’expertise technologique et le fait de réinventer des modèles commerciaux durables pour la connectivité. Ericsson a engagé ses efforts dans le cadre d’un partenariat de trois ans avec l’UNICEF pour aider à cartographier le déficit actuel de connectivité des écoles dans 35 pays.

 
Article précédent

La CGEM, la voix du secteur privé marocain [Vidéo]

Article suivant

La tension hispano-marocaine et son impact sur les efforts de lutte contre le terrorisme au Sahel [Par Lahcen Haddad]