Concurrence

Conseil de la Concurrence : le ciment dans la ligne de mire

Le Conseil de la Concurrence (CC) ne chôme pas. Dans une économie où la transparence fait partie des objectifs stratégiques en matière de développement, cette institution joue nécessairement un rôle central et dynamique. Après les experts comptables qui ont fait l’objet d’une sanction, le CC auditionne les cimentiers, suite à l’introduction d’une demande d’avis émanant de la Fédération nationale des promoteurs immobiliers. Le ciment est l’une des matières-clés entrant dans la production des matériaux de construction. Et toute hausse du prix de cette matière indispensable impacte directement le coût de production/construction et, in fine, le prix de vente.

Le prix de ciment a atteint un record historique, soit une moyenne observée de 150 dirhams/quintal. En fait, les prix peuvent varier selon plusieurs facteurs. A l’usine, le prix de vente en gros, non compris les frais de livraison, est généralement inférieur de 9 à 18%, par rapport au prix de vente au détail. Le coût de production est schématiquement composé de 1/3 pour l’énergie, un peu plus de ¼ pour les matières premières, idem pour le coût de la main d’œuvre, et 10 à 12% pour les amortissements et autres charges fixes. L’élément ayant le plus impacté ce prix est l’énergie. En fait, les cimentiers se positionnent par rapport à la taille des marchés et à leur potentiel de développement futur, selon les régions. Le coût de revient intègre bien sûr les frais de transport, lorsque les sites de distribution se situent loin des sites de production.

Lire aussi | Chine : l’appui au développement en Afrique est stratégique et irréversible

Le CC a en fait dressé une cartographie permettant de distinguer un premier bloc dit « marché de ciment plus porteur », dont les chiffres indiquent un partage entre deux producteurs. Le deuxième bloc, qualifié « marché moyen », est plus concentré que le premier. Au niveau régional, 38% des marchés locaux présentent une situation de monopole ou de quasi-monopole, et 50% des marchés sont en situation oligopolistique.

Lire aussi | Le Conseil de la concurrence sanctionne l’Ordre des experts-comptables

Partage tacite ? Monopole par région ? Ou position dominante ? Le CC n’a pas encore tranché. La complexité et la sensibilité de cette filière clé dans l’économie nationale, impose plus de prudence dans le processus décisionnel au sein du CC. D’autant plus que, à fin juin 2022, par rapport à fin juin 2019, c’est-à-dire avant la crise due au Covid-19, les ventes de ciment ont connu une baisse de 3,4%. Difficile de concilier une baisse de la demande avec une hausse des prix, si ce n’est principalement dû à une augmentation des prix des matières premières achetées sur le marché international.

 
Article précédent

S. E. Li Changlin : "Les relations sino-marocaines se développent dans une voie express"

Article suivant

OMPIC. 48.001 entreprises créées à fin juin 2022