Politique

Conseils des régions. Le RNI, le PAM et l’Istiqlal se partagent la présidence

À lissue des tractations ayant suivi l’annonce ces résultats des élections tenues le 8 septembre dernier, les trois partis arrivés en tête se sont partagés la présidence des 12 régions du Royaume.


Le Rassemblement national des Indépendants (RNI), le Parti Authenticité et Modernité (PAM) et le Parti de l’Istiqlal (PI) ont décidé de coopérer et d’œuvrer ensemble pour former une majorité au sein des conseils élus dans lesquels ils sont représentés.

Les trois formations politiques indiquent que cette décision vise « à renforcer les institutions des conseils et à créer l’harmonie et la stabilité en leur sein afin de se focaliser sur les enjeux et défis soulevés par le citoyen ». Elles appellent, à cet égard, leurs élus à s’en tenir à cette orientation et à respecter la décision adoptée par les directions des trois partis, dans une limite d’ouverture aux autres composantes politiques, soulignant qu’en cas de manquement à cet engagement, elles seront dans l’obligation d’activer les procédures prévues dans leurs statuts et de recourir aux procédures de destitution contre les contrevenants.

Lire aussi | Conseil des régions. El Khattat Yanja du Parti de l’Istiqlal réélu à la tête de Dakhla-Oued Eddahab

Les trois partis notent également que leur décision reflète leur souci et leur volonté de parachever le processus électoral, à travers la consolidation de la moralisation de la vie politique, le respect du choix des votants et la rupture avec les pratiques malsaines, estimant que « des parties tentent souvent de contrôler la carte politique pour servir leurs intérêts au détriment de l’intérêt général ». Ils rappellent, dans ce sens, que les élections du 8 septembre ont constitué un jalon supplémentaire dans le processus d’édification démocratique dans le Royaume, relevant la volonté de tous les acteurs politiques de consolider le choix démocratique et de contribuer à donner un nouvel élan à la vie politique et aux opérations électorales, à travers la liberté d’expression et le choix démocratique.

De ce fait, poursuivent les trois partis, le ministère de l’Intérieur et l’administration territoriale ont veillé à réunir les conditions nécessaires à l’organisation des opérations électorales et à en garantir le déroulement dans les meilleures conditions, le dernier mot étant revenu aux citoyens qui se sont exprimés par les urnes, dans le cadre d’une fête démocratique, saluée par les États et les organisations internationales. Le RNI, le PAM et le PI se sont enfin félicités de « la réussite de cette étape démocratique », adressant leurs vifs remerciements à « tous les intervenants et à tous les citoyennes et citoyens qui ont exercé leur pouvoir de vote pour choisir ceux qui méritent de les représenter ».

Lire aussi | Le Maroc compte développer une industrie de drones kamikazes pour Israël

Le Rassemblement National des Indépendants (RNI) présidera ainsi les régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma (présidente pressentie : Fatima El Hassani), Drâa-Tafilalet (président pressenti : Harou Abrou), Souss-Massa (président élu : Karim Achengli) et Guelmim-Oued Noun (présidente pressentie : Mbarka Bouaida).

Le Parti Authenticité et Modernité (PAM) sera en tête des régions de Rabat-Salé-Kénitra (président pressenti : Rachid Abdi), Marrakech-Safi (président pressenti : Samir Koudar), Béni Mellal-Khénifra (président pressenti : Adil Barakat) et l’Oriental (président pressenti : Abdennebi Bioui).

Lire aussi | Le français Domino HR étend sa toile au Maroc

Enfin, le Parti de l’Istiqlal présidera les régions de Casablanca-Settat (président pressenti : Abdellatif Maâzouz), Fès-Meknès (président pressenti : Abdelouahed Ansari), Laâyoune-Sakia El Hamra (réélection de Sidi Hamdi Ould Errachid) et Dakhla-Oued Ed-Dahab (réélection de Yanja El Khattat).

 
Article précédent

Votre e-magazine "Attahadi" du vendredi 17 septembre 2021

Article suivant

Le Maroc compte développer une industrie de drones kamikazes pour Israël