Hôtellerie

Coronavirus : arrêt d’activité pour 200 hôtels Accor en Chine

L’activité de 200 hôtels en Chine et à Hong Kong, appartenant au groupe hôtelier français Accor, est en état d’arrêt en raison de l’épidémie du nouveau coronavirus, a indiqué le groupe jeudi faisant état d’un impact marginal sur ses revenus à ce stade.


« Nous n’avons pratiquement plus d’activité dans nos hôtels en Chine », a fait savoir le directeur général adjoint du groupe, Jean-Jacques Morin, à la presse, en présentant les résultats du groupe en 2019 lors d’une conférence téléphonique.

La Chine continentale, Hong Kong et Macao ne représentent toutefois que 3% du chiffre d’affaires global d’Accor, a-t-il relativisé. Et l’épidémie n’a causé « à ce jour que 5 millions d’euros d’absence de redevances » pour le groupe – qui encaisse les revenus des établissements mais n’en possède pas les murs la plupart du temps -, a déclaré le PDG Sébastien Bazin jeudi matin sur BFMTV. « Ce n’est pas grand chose pour l’instant », a-t-il dit.

Ainsi, 200 hôtels sur un total de 370 dans la zone sont « fermés à la réservation »: une « soixantaine » gardent effectivement portes closes, a indiqué Bazin, et les autres « n’ont quasiment plus de clients, mais le gouvernement chinois n’a pas encore validé leur fermeture officiellement », a précisé une porte-parole.

La Chine a annoncé jeudi un nombre quotidien de nouveaux cas de contamination au coronavirus au plus bas depuis près d’un mois. Le bilan officiel dépasse désormais les 2.100 morts.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Des situations de non-conformité résultent parfois d’un manque d’information…

Article suivant

La DG du FMI salue le partenariat avec le Maroc