Santé

Coronavirus : Comment bien choisir son désinfectant

Depuis l’apparition du Covid-19, les ventes de gels désinfectants pour les mains ont explosé. Ce produit est devenu tellement recherché qu’une pénurie est survenue, forçant les responsables de pharmacies et de supermarchés à limiter les quantités pouvant être achetées.


Utiliser un désinfectant n’implique pas forcément la réduction du risque d’attraper un virus ; ils ne sont pas tous efficaces surtout contre le coronavirus.

Le nouveau coronavirus peut survivre jusqu’à trois heures dans l’air, quatre heures sur une surface cuivrée, 24 heures sur du carton, et jusqu’à trois jours sur du plastique ou de l’acier inoxydable. Evidemment, cela favoriserait la transmission entre individus. Il est possible de s’infecter en  touchant cette surface ou un objet contaminé par le virus, puis en portant ses mains à son visage, en particulier au niveau de la bouche ou du nez.

Il existe deux principaux types de désinfectants pour les mains.
Les premiers contiennent des quantités et des types d’alcool (généralement de 60% à 95% d’alcool isopropylique, d’éthanol ou de n-propanol). Dans les seconds, l’alcool est remplacé par des composés chimiques appelés ammoniums quaternaires) qui peuvent réduire la quantité de microbes, mais sont moins efficaces que l’alcool.

Il est vrai que les désinfectants pour les mains peuvent, eux, protéger contre les virus, mais il ne faut l’utiliser que dans la situation où l’eau et le savon ne sont pas disponibles, à savoir que la solution la plus fiable pour prévenir la propagation du virus est le lavage des mains à l’eau chaude et au savon.

Fabriquer le désinfectant : la recette de l’OMS

Suite à la grosse demande sur les gels hydroalcooliques, ces produits sont en pénurie partout dans le monde. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié un «Guide de Production locale des solutions hydroalcooliques».

Pour 1 litre de gel, mélangez 833,3 ml d’éthanol 96%, 41,7 ml de peroxyde d’hydrogène, communément appelé eau oxygénée, disponible en pharmacie, et 14,5 ml de glycérol 98%, ou glycérine, également en vente à la pharmacie. Enfin, ajoutez à la préparation de l’eau bouillie refroidie jusqu’au repère gradué indiquant 1 litre. Mélangez bien le tout, puis versez la solution rapidement dans les flacons de distribution (100 ml ou 500 ml). Il est nécessaire de placer les flacons remplis en quarantaine pendant au moins 72 heures. C’est le délai permettant la destruction des spores bactériennes potentiellement présentes dans l’alcool ou dans les flacons.

N’oubliez pas de noter la date de préparation, car les solutions faites à la main ne se conservent pas plus de trois mois.

 
Article précédent

Coronavirus : l'OMS fait la chasse aux idées reçues

Article suivant

Bank Al-Maghrib réduit le taux directeur à 2%