Pandémie

Coronavirus : CoronaVac, l’autre vaccin chinois dans les starting blocks

La Chine est un sérieux challenger dans la course au vaccin que se livrent plusieurs pays dont les Etats-Unis, la France, la Russie ou encore le Royaume-Uni. Outre le groupe Sinopharm (qui a un partenariat avec le Maroc pour la livraison de plusieurs millions de doses de vaccin anti-covid), Sinovac, l’autre concurrent chinois, avance bien également sur son vaccin.


Alors que Pfizer, Moderna ou encore la Russie pourraient mettre leurs vaccins sur le marché dans les toutes prochaines semaines, futura-sciences.com rappelle, dans l’une de ses publications du 18 novembre, que la Chine travaille aussi d’arrache-pied à la confection d’un vaccin contre le coronavirus depuis ce printemps. On apprend ainsi, que le candidat-vaccin du laboratoire chinois Sinovac avance également et que les résultats des phases I et II des essais cliniques de son CoronaVac viennent d’être publiés dans The Lancet Infectious Disease. Notons que la phase III a débuté en septembre dernier, notamment en Turquie et au Brésil.

Lire aussi| Coronavirus au Maroc: les décès en hausse s’expliquent par le passage en phase III de certaines provinces

« Le vaccin CoronaVac se base sur le même principe que les premiers vaccins de l’histoire, les vaccins vivants atténués  qui consistent en l’injection d’une version affaiblie du SARS-CoV-2 pour stimuler le système immunitaire. Pasteur a utilisé cette méthode pour concevoir son vaccin contre la rage », détaille le site d’information scientifique.  « Ces vaccins sont très immunogènes et confèrent une protection de longue durée, à tel point qu’ils sont parfois déconseillés chez les patients immunodéprimés, comme ceux atteints du Sida. Mais cela reste à confirmer dans le cas précis de CoronaVac », poursuit futura-sciences.com. On apprend aussi que les résultats parus dans The Lancet Infecitous Disease concernent à la fois la phase I et la phase II des essais cliniques. Notons que globalement, la vaccination a été bien tolérée et les effets secondaires les plus fréquents sont la douleur pour 20 à 25 % des participants, suivie de désagréments autour du site d’injection pour 25 à 30 % des participants, et cela qu’importe la dose injectée.

Lire aussi| Royal Air Maroc va procéder à une augmentation de capital

« Concernant l’apparition des anticorps, les scientifiques ont suivi deux paramètres : les anticorps neutralisants et les anticorps spécifiques au RBD de la protéine S du SARS-CoV-2 14 et 28 jours après la seconde dose. Pour la centaine de personnes enrôlées dans la phase 2, la vaccination a produit des anticorps neutralisants chez plus de 90 % d’entre elles », précise le site d’information scientifique. Force est de remarquer que ces essais cliniques ne se sont pas intéressés à la réponse immunitaire cellulaire, mais cela sera étudié durant la phase III. « À ce stade, impossible d’estimer l’efficacité du CoronaVac, il faudra attendre les premières conclusions de la troisième phase des essais cliniques », conclut futura-sciences.com.

 
Article précédent

Royal Air Maroc va procéder à une augmentation de capital

Article suivant

Coronavirus : Pfizer revoit l’efficacité de son vaccin à la hausse