Santé

Coronavirus : Faut-il craindre des séquelles après avoir été déclaré guéri ?

Les personnes déclarées guéries doivent-elles craindre des séquelles sur le long terme ? Éléments de réponses.


C’est une question que se posent de nombreuses personnes depuis l’apparition du Covid-19. Quel risque encourt-on après avoir été déclaré guéri du coronavirus et quelles en sont les séquelles ? Et bien, selon les experts de la santé, la grande majorité des patients atteints de COVID-19 guérissent sans séquelles. Toutefois, ils affirment que chez les patients présentant une forme sévère de la maladie liée au virus SARS-Cov-2, les risques de séquelles sont beaucoup plus élevés.

« Lorsqu’une personne est plongée dans un coma artificiel, ses muscles fondent. De ce fait, il lui faudra réapprendre à marcher, avec l’aide d’un kinésithérapeute. Elle pourra, au fur et à mesure, redevenir autonome pour s’alimenter. Des séances de rééducation respiratoires devront aussi être suivies. Ces conséquences sont heureusement provisoires. Lorsque le patient se réveille, les médecins le diagnostiquent et évaluent l’impact potentiel au niveau pulmonaire, neurologique et cardiaque », explique le site passeportsanté.net, spécialisé dans les thématiques liées à la santé.

Lire aussi: TVA sur les médicaments : une anomalie fiscale flagrante

Faut-il craindre des séquelles sur le long terme ? Là aussi oui, même s’il est important de souligner que les professionnels de santé n’ont pas encore suffisamment d’éléments pour affirmer cela sans ambages. On apprend que des études ont mis en évidence certains risques de complications, notamment des défaillances de certains organes. « Il peut y avoir des risques d’insuffisance rénale. Tout ce que savent les médecins pour le moment, c’est que le chemin vers une guérison complète, suite à une réanimation, est long et difficile, mais possible. L’équipe de santé fait toujours de son mieux pour prendre en charge le patient, et ainsi réduire les risques de séquelles. D’une personne à une autre, les risques sont plus ou moins élevés. De plus, un risque n’est jamais une certitude », conclut passeportsante.net.

 
Article précédent

Coronavirus : 163 nouveaux cas, 3209 au total, mardi 21 avril à 18h

Article suivant

L'AMIC lance une plateforme de soutien aux TPME