Startup

Coronavirus : la CCG met en place un financement additionnel exceptionnel au profit des startups

En vue soulager les startups dans ce contexte difficile, la Caisse Centrale de Garantie (CCG), qui pilote le fonds Innov Invest, a mis en place un financement additionnel exceptionnel. Les détails.


Bonne nouvelle pour les startupeurs du royaume. Dans le contexte particulier actuel marqué par la crise sanitaire et le ralentissement de l’activité économique, la Caisse Centrale de Garantie (CCG), qui pilote le fonds Innov Invest, a mis en place un financement additionnel exceptionnel au profit des startups. Ce dispositif exceptionnel devrait notamment bénéficier aux startups ayant reçu un financement au titre du fonds Innov Invest et n’arrivant pas à obtenir des crédits bancaires. « C’est une bonne initiative. Cela va permettre à ces startups de couvrir certains coûts et aussi d’accélérer l’innovation. Les startups sont aujourd’hui dans une situation critique comme tout autre type d’entreprises. Les startups sont des entreprises qui sont en phase de démarrage, et dans le contexte actuel, c’est vraiment compliqué », soutient Zineb Rharrasse, Cofondatrice et Directrice générale de StartUp Maroc.

Lire aussi| DGI : suspension du référentiel des prix de l’immobilier

Force est de noter que les startups éligible à ce financement doivent être en activité et disposer de carnets de commandes, matérialisés par des contrats conclu. Il est à préciser que ce financement est sous forme d’un prêt d’honneur pouvant être distribué par les structures d’accompagnement labellisées de catégorie 2 et destiné à couvrir, dans la limite de 500.000 DH, quatre mois des charges courantes pouvant être justifiées par la startup concernée, et sera remboursable sur une durée de 5 ans. Force est de préciser également que  l’octroi de ces prêts ne peut dépasser le 31 décembre 2020.

Lire aussi| Produits alimentaires : 30% des Marocains ont gardé le même niveau de dépenses pendant le confinement

« Les startups constituent déjà un tissu très fragile au Maroc par manque de financement, et la pandémie est venue renforcer cette fragilité. Malheureusement, nous allons enregistrer beaucoup de faillite de startups suite à cette situation. Donc, cette mesure de la CCG reste importante, mais il y a encore énormément de mesures à mettre en place aujourd’hui pour sauver la situation », conclut Zineb Rharrasse.

 
Article précédent

Coronavirus : les principales voies de transmission

Article suivant

Recrutement : forte demande sur les métiers du call center