Pandémie

Coronavirus : la CGEM obtient l’autorisation d’accès au territoire national pour les visiteurs professionnels étrangers

La Confédération générale des entreprises du Maroc  (CGEM) a reçu l’accord du Ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Nasser Bourita, pour permettre l’accès au territoire national,à partir du 10 septembre, aux visiteurs professionnels étrangers (prestataires, consultants et techniciens étrangers).


 Les visiteurs professionnels étrangers ont, en effet, adressé de nombreuses demandes d’autorisation d’accès au Maroc à la CGEM ces derniers mois. « J’ai le plaisir de vous informer que la demande de la CGEM a été approuvée par M. le Ministre, Nasser BOURITA, que je tiens à remercier chaleureusement pour sa grande réactivité », a souligné Chakib Alj, président de la CGEM.

Lire aussi| e-commerce : le ministère de l’Artisanat s’allie à plusieurs partenaires

On note ainsi, qu’à partir du 10 septembre 2020, les visiteurs professionnels étrangers pourront se déplacer chez les entreprises marocaines sur simple invitation de ces dernières. « Les invitations doivent être imprimées sur du papier en-tête de l’entreprise qui invite (comprenant ses identifiants, notamment son ICE, son n° de RC et son adresse). Elles doivent également être signées et cachetées par une personne habilitée de l’entreprise, et inclure l’objet de la visite, les noms complets et numéros de passeports des visiteurs, leur date d’entrée au territoire marocain ainsi que leur lieu de résidence pendant leur séjour au Maroc », apprend-t-on.

Lire aussi| Coronavirus : interdiction de déplacements de et vers les villes de Khénifra et M’rirt à partir du 6 septembre

« Les visiteurs étrangers doivent bien évidemment se conformer aux règles sanitaires édictées par les autorités, notamment l’obligation d’effectuer préalablement les tests requis de dépistage du Covid-19 », ajoute la CGEM.

 
Article précédent

Coronavirus : interdiction de déplacements de et vers les villes de Khénifra et M'rirt à partir du 6 septembre

Article suivant

Assurance scolaire : à quand la fin des abus ?