Pandémie

Coronavirus : la France suspend à son tour le vaccin AstraZeneca

La France suspend, à son tour, l’utilisation du vaccin anti-Covid AstraZeneca à titre préventif après le signalement d’effets secondaires.


L’annonce a été faite par le Chef d’Etat français, Emmanuel Macron, ce 15 mars. La France rejoint ainsi la liste des pays européens ayant déjà suspendu l’utilisation du vaccin anti-Covid AstraZeneca dans leur lutte contre la pandémie. Selon Emmanuel Macron, cette suspension à titre préventif fait suite à plusieurs signalements de cas d’effets secondaires. Force est de rappeler l’Italie et l’Allemagne ont également annoncé la suspension de l’utilisation de ce vaccin ce lundi 15 mars.

Lire aussi|OCP obtient un financement de 350 millions de dollars auprès d’Afreximbank

Le gouvernement des Pays-Bas a aussi décidé de suspendre jusqu’au 29 mars au moins l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca, pour des raisons de précaution face au risque d’effets secondaires graves, dont des thromboses. Quelque jours plutôt, le Danemark, la Norvège, l’Islande, la Bulgarie, ou encore l’Irlande avaient pris la même décision. Toutefois, il est à noter que l’Agence européenne des médicaments considère qu’il n’existe pas de lien établi entre le vaccin et les cas signalés de troubles de la coagulation.

Lire aussi| Coronavirus : prolongation de deux semaines des mesures de précaution

De son côté, AstraZeneca a aussi indiqué le 14 mars qu’un « examen attentif » de toutes les données de sécurité disponibles sur plus de 17 millions de personnes vaccinées dans l’Union européenne et au Royaume-Uni avec son vaccin « n’a apporté aucune preuve d’un risque accru d’embolie pulmonaire, thrombose veineuse profonde (TVP) ou de thrombocytopénie dans aucun groupe d’âge, de genre, de lot ou de pays particuliers ». L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) également estime qu’il n’y a « pas de raison de ne pas utiliser » ce vaccin.

 
Article précédent

Coronavirus : prolongation de deux semaines des mesures de précaution

Article suivant

Maroc. Que faire ?