Santé

Coronavirus: en France, la Haute Autorité de santé tranche sur la fiabilité des tests salivaires

La Haute Autorité de santé (HAS) a rendu un avis favorable à l’utilisation des tests salivaires, tout en les réservant aux personnes symptomatiques. Pour les autres, il n’est pas jugé assez efficace. 


Les tests salivaires évoqués sont ceux qui consistent à rechercher en laboratoire la présence du matériel génétique du coronavirus à partir d’un prélèvement de salive, geste plus facile, plus rapide et moins inconfortable que le prélèvement de référence par écouvillon dans les narines.

Lire aussi |Liberté économique : le Maroc 78ème mondial

En revanche, la HAS ne les recommande pas sur les personnes sans symptômes, chez qui « on raterait trois infections sur quatre » à cause de performances insuffisantes, a indiqué la Pr Dominique Le Guludec, présidente du Collège de la Haute Autorité de Santé (HAS), au cours d’une conférence de presse en ligne. « On conseille de réserver (les tests salivaires) en priorité à ceux pour qui le test dans le nez est difficile », a ajouté la Pr Le Guludec.

Parmi elles, les enfants qui ont une rhinite et vont au cabinet du médecin, les personnes très âgées ou celles qui ont des troubles psychiques.

Le test salivaire nécessite de « cracher dans un tube »: il « peut être fait en médecine générale, on peut le faire chez soi, il suffit comme pour un test urinaire de l’apporter au laboratoire », selon la Pr Le Guludec. « Cela ne va pas changer la technique (d’analyse, ndlr), mais sans doute réduire les queues devant les laboratoires », a-t-elle poursuivi.

Lire aussi |Climat des investissements au Maroc : le Département d’État US distribue bons et mauvais points [document]

« On peut le réaliser à tout moment de la journée. Le fait d’avoir mangé ou bu ne modifie pas le résultat du test », précise Cédric Carbonneil, chef du service d’évaluation des actes professionnels à la HAS. Il sera particulièrement précieux cet hiver, pour poser le bon diagnostic d’enfants présentant des symptômes évocateurs, mais pas certains, du Covid.

 
Article précédent

Liberté économique : le Maroc 78ème mondial

Article suivant

Le Trésor américain surveille de près le Maroc