Les chroniques de Jamal BerraouiSociété

Coronavirus : la peur de l’autre

Une pétition circule à Sidi Rahal. Cette petite bourgade à quelques encablures de Casablanca a connu un développement urbain explosif.


Des immeubles, des résidences de différents standings ont poussé comme des champignons. Les acquéreurs viennent souvent des grandes villes avoisinantes, en particulier Casablanca, soit pour en faire une résidence principale, soit et c’est plus courant, une résidence secondaire. La pétition au nom des « autochtones » réclame le départ de ces « intrus » vers Casablanca. Pourquoi ? Parce qu’il y a eu des cas du Covid-19 dans ces résidences.

On a déjà vu des touristes chinois agressés à Rabat mais aussi à Paris ou à Venise. Parce qu’il est imparable, il faut bien trouver un responsable à ce fléau et c’est souvent l’autre.

Lire aussi | Rapatriement des Marocains venus d’Algérie : voici leurs témoignages !

Qu’au Maroc des gens réclament le départ de leurs voisins, me révolte. Mais il y a eu pire. En Egypte, un couple atteint du Covid-19, confiné chez lui, a dû poster une vidéo pour réclamer une protection contre ses voisins d’immeubles qui ont interdit aux livreurs, y compris ceux de médicaments, de servir le couple. Pourtant ils sont voisins depuis 10 ans ! Ce genre de période révèle les deux facettes de l’humanité : l’une lumineuse, faite de solidarité, de compassion, de don de soi, l’autre hideuse faite de rejet, de haine, de repli. L’élément catalyseur de la première c’est l’espérance, pour la seconde c’est l’ignorance qui nourrit l’abjection.

Au moyen-âge, face à la peste, on a brûlé tous ceux qui avaient des comportements erratiques. Des femmes délirantes ont été accusées de sorcellerie et brûlées. Cela n’a pas empêché les ravages de la pandémie, mais le réflexe a persisté et prend les actuelles circonstances comme mode d’expression.

C’est grâce à l’explosion urbanistique que les « autochtones » de Sidi Rahal ont bénéficié d’une élévation du niveau de vie. Cela n’a pas résisté à quelques cas, très réduits, de coronavirus… Il faut réellement méditer ces épiphénomènes parce qu’ils expriment un atavisme : la peur de l’autre.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Coronavirus : une étude canadienne démontre l’efficacité du cannabis

Article suivant

Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires