Santé

Coronavirus: l’âge et le sexe pourraient influencer les risques de décès [Étude]

L’âge et le sexe semblent être d’importants indicateurs des chances de survie d’un malade de la Covid-19, selon l’étude menée par l’université de Californie, à Santa Cruz, et par l’Université de Cambridge.


Les chercheurs confirment que des facteurs tels l’âge et le sexe augmentent considérablement les risques de décès liés à la Covid-19. Des enquêtes sérologiques récentes ont été effectuées , sur la population générale en Espagne, en Angleterre, en Italie et en Suisse sur le risque de mortalité lié à la Covid-19 en fonction de l’âge et du sexe.

Lire aussi| Indice du progrès social : le Maroc 97ème mondial

Les études ont confirmé que les personnes âgées, les hommes et ceux qui ont des problèmes de santé sont plus vulnérables face au Covid-19. Les chercheurs ont analysé les dossiers médicaux de 17 278 392 Britanniques. Parmi eux, 10 926 sont morts de la Covid-19 ou de complications liées au virus. Cette série d’enquêtes sérologiques confirment que le risque de décès peut atteindre plus de 11 % chez les plus de 75 ans et est presque deux fois plus élevé pour les hommes que pour les femmes. « Le coronavirus n’est pas seulement dangereux pour les personnes âgées, il peut l’être aussi pour les personnes dans la cinquantaine ou la soixantaine », estime Andrew Levin, économiste au Dartmouth College de Hanovre, dans le New Hampshire, qui a estimé que l’infection par le SARS-CoV-2 est plus de cinquante fois plus mortelle pour un sexagénaire que de conduire une voiture.

Le sexe est également un facteur de risque important, « Les hommes ont approximativement deux fois plus de risque de mourir du coronavirus que les femmes », indique la recherche. Une divergence expliquée par les différences en matière de réponse immunitaire chez les deux genres.

Lire aussi|Le Maroc au top 3 des migrants clandestins vers l’Europe

Une autre étude menée en Espagne, qui a débuté en avril et a permis de tester la présence d’anticorps chez plus de 61 000 personnes dans des foyers sélectionnés au hasard, a observé une tendance similaire. L’IFR global pour la population était d’environ 0,8 %, mais il reste proche de zéro pour les personnes de moins de 50 ans, avant de passer rapidement à 11,6 % pour les hommes de 80 ans et plus – contre 4,6 % pour les femmes de cette même tranche d’âge. Ce qui confirme que les hommes sont plus susceptibles de mourir de l’infection par la Covid-19 que les femmes.

 
Article précédent

Tourisme : le délai de la demande de l’indemnité CNSS de juillet et août prolongé

Article suivant

Le PPS dénonce la normalisation avec Israël [Vidéo]