Pandémie

Coronavirus. Le Royaume-Uni ne reconnaît plus les vaccins anti-covid administrés en Afrique

Il y a du changement dans les règles d’accès au Royaume-Uni pour les voyageurs internationaux. Les autorités britanniques ont en effet décidé ne plus reconnaître les vaccins anti-Covid-19 administrés en Afrique, et ce dès le 4 octobre 2021. Cette mesure, qui impacte les voyageurs issus des pays membres de l’Union Africaine, est d’ores et déjà décriée sur le continent.


Le Royaume-Uni modifie les règles d’accès à son territoire pour les voyageurs internationaux. Ainsi, le gouvernement britannique a décidé qu’à partir du 4 octobre 2021 à 4 heures du matin, « les règles pour les voyages internationaux vers l’Angleterre passeront du système de feux rouge, orange et vert à une liste rouge unique de pays et à des mesures de voyage simplifiées pour les arrivées du reste du monde.

Lire aussi | Maroc-UE. La CGEM plaide pour un partenariat win-win

Dans le détail, les autorités britanniques « ne considèrent entièrement vaccinées que les personnes ayant eu un vaccin dans le cadre d’un programme de vaccination approuvé au Royaume-Uni, en Europe, aux Etats-Unis ou d’un programme de vaccination britannique à l’étranger ».

« Cette liste est également étendue aux personnes vaccinées avec une « série complète de vaccins Oxford/AstraZeneca, Pfizer BioNTech, Moderna ou Janssen fournis par un organisme de santé publique compétent en Australie, à Antigua-et-Barbuda, à la Barbade, au Bahreïn, à Brunei, au Canada, à la Dominique, à Israël, au Japon, au Koweït, à la Malaisie, à la Nouvelle-Zélande, au Qatar, en Arabie saoudite, à Singapour, en Corée du Sud, à Taïwan ou aux Emirats arabes unis (EAU) », apprend-t-on.

Lire aussi | Maroc. L’enseignement se fera en présentiel

Il va sans dire que les pays africains sont de fait exclus. Cette situation est perçue comme une sanction et a d’ores et déjà suscité des inquiétudes des autorités de l’Union Africaine, notamment les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC).

On apprend que cette institution déplore « le fait que ces nouvelles dispositions ne soient pas basées sur les vaccins, mais plutôt sur la zone où ils ont été administrés, ce qui va entraîner davantage de dépenses pour les voyageurs en provenance d’Afrique. « Ces mesures pourraient accentuer l’hésitation à l’égard des vaccins en Afrique et susciter la méfiance au sein de la communauté », ajoute la même source.  

 
Article précédent

Nouveauté. Le Seat Arona restylé débarque dans le Royaume [Vidéo]

Article suivant

Maroc. Une diplomatie sereine, mais offensive [Par Jamal Berraoui]