Pandémie

Coronavirus : les anticorps ne protègent pas contre la réinfection [Étude]

Les anticorps aident les humains à combattre le coronavirus mais peuvent ne pas toujours être efficaces contre une réinfection, selon des scientifiques islandais qui ont mené une étude approfondie sur l’immunité au Covid-19.


L’étude s’appuie sur des tests menés auprès de plus de 30.000 personnes en Islande où environ 15% de la population a été testée pour le coronavirus, et pourrait constituer une bonne nouvelle pour les efforts visant à mettre au point un vaccin contre le virus. Les scientifiques ont utilisé deux types différents de tests de dépistage du coronavirus : les prélèvements nasaux ou d’autres échantillons qui détectent des fragments de virus indiquant une infection, et des tests qui mesurent les anticorps dans le sang ce qui permet de déterminer si une personne est actuellement infectée ou si elle l’a déjà été.

Lire aussi |Conseil de gouvernement: de nouvelles mesures exceptionnelles

Les résultats de la nouvelle étude « permettent d’espérer que l’immunité d’un individu contre ce virus imprévisible et très contagieux ne sera pas éphémère et qu’elle sera similaire à celle provoquée par la plupart des autres infections virales », affirment deux médecins de l’Université de Harvard et des Instituts nationaux de la santé des États-Unis dans un commentaire publié parallèlement à l’étude dans le New England Journal of Medicine.

Des études antérieures qui suggéraient que les anticorps s’étaient atténués rapidement pourraient avoir simplement examiné la première vague d’anticorps que le système immunitaire produit en réponse à une infection. Une deuxième vague d’anticorps se forme après un mois ou deux d’infection, et ceux-ci semblent plus stables et plus durables, rapportent les chercheurs.

Lire aussi |Enseignement à distance : diffusion des séances à partir du 10 septembre

Toutefois , les chercheurs ont découvert que les niveaux d’anticorps ont augmenté au cours des deux premiers mois après le diagnostic et sont restés stables pendant les deux mois suivants. Aussi, les niveaux d’anticorps étaient plus élevés chez les patients plus âgés et chez ceux atteints d’une maladie plus grave. Les femmes avaient également des niveaux d’anticorps inférieurs à ceux des hommes et les fumeurs avaient des niveaux d’anticorps inférieurs à ceux des non-fumeurs. D’autres scientifiques ont récemment documenté au moins deux cas où des personnes semblent avoir été réinfectées par le coronavirus des mois après la première contamination.

« Ce n’est pas parce que vous voyez des anticorps produits que cela veut dire qu’ils vont agir spécifiquement contre le virus », note pour sa part Jason Kindrachuk, professeur adjoint de microbiologie médicale et de maladies infectieuses à l’Université du Manitoba à Winnipeg.

 
Article précédent

Aradei Capital devient la première foncière au Maroc

Article suivant

Disney attaque le Pavillon marocain en justice