Pandémie

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur le variant indien

L’Inde a enregistré ce mois-ci la plus forte augmentation au monde d’infections liées au coronavirus. Les scientifiques étudient ce qui a conduit à une poussée inattendue, et en particulier, si un variant du nouveau coronavirus détecté pour la première fois en Inde est à blâmer. Le variant nommé B.1.617 a été signalé dans 18 pays dont le Maroc, ce qui suscite des inquiétudes à l’échelle mondiale.


Qu’est-ce que le variant indien?

Le variant B.1.617, plus communément appelé variant indien, a été détecté pour la première fois en octobre 2020 à Ngapur, dans l’État du Maharashtra, au centre de l’Inde. Depuis son apparition, il a provoqué plus de 200.000 décès dans le pays, et s’est répandu sur tous les continents. Le variant contient deux mutations clés de la partie externe « spike » du virus Sars-CoV-2 qui se fixe aux cellules humaines, a déclaré le virologue indien Shahid Jameel.

L’OMS l’a décrit comme un « variant d’intérêt », suggérant qu’il pourrait avoir des mutations qui rendraient le virus plus transmissible, provoqueraient une maladie plus grave ou échapperaient à l’immunité vaccinale. «Le B.1.617 a un taux de croissance plus élevé que les autres variants en circulation en Inde, ce qui suggère une plus grande contagiosité», a confirmé jeudi l’OMS dans son compte-rendu hebdomadaire.

Lire aussi | Sahara Marocain, le temps des penseurs

Estimation du taux de reproduction du Covid-19 par pays. @Our World in Data

D’autres souches présentant des risques connus, comme celles détectées pour la première fois au Royaume-Uni, au Brésil et en Afrique du Sud, ont été classées comme «variants préoccupants», un niveau de menace plus élevé.

Lire aussi | Agadir : des hôtels mis en vente et des fermetures «définitives»

Les vaccins l’arrêtent-ils?

Un point positif est que les vaccins peuvent être protecteurs. Le conseiller médical en chef de la Maison Blanche, Anthony Fauci, a déclaré plus tôt cette semaine que les preuves préliminaires d’études de laboratoire suggèrent que Covaxin, un vaccin développé en Inde, semble capable de neutraliser le variant.

Public Health England a déclaré qu’il travaillait avec des partenaires internationaux, mais qu’il n’y a actuellement aucune preuve que le variant indien et deux autres variants associées provoquent une maladie plus grave ou rendent les vaccins actuellement déployés moins efficaces.

 
Article précédent

Intelligence territoriale : Bank Of Africa signe un partenariat avec le CRI de la région Casablanca-Settat

Article suivant

Replay. L’émission « Ach Waqe3 » du lundi 3 mai 2021