Santé

Coronavirus : une nouvelle étude chinoise évoque le potentiel de l’hydroxychloroquine

Une nouvelle étude chinoise, menée dans un hôpital de Wuhan, origine déclarée de l’épidémie de Covid-19, évoque le « potentiel » de l’hydroxychloroquine comme traitement contre le nouveau coronavirus.


Mise en ligne en pré-publication, c’est-à-dire non revue par un comité de lecture spécialisé d’une revue scientifique, cette étude de médecins de l’Hôpital du peuple de Wuhan porte sur 62 patients infectés, un groupe de 31 ayant reçu de l’hydroxychloroquine (400 mg/jour) et un groupe contrôle de 31 patients également, qui n’en ont pas reçu.

Les deux groupes ont été constitués de façon aléatoire, par ordinateur, et les patients avaient un âge moyen de 44,7 ans. Présentant des symptômes de pneumonie n’ayant pas dégénéré, ils ont tous reçu un « traitement standard » constitué d’oxygène, antiviraux et antibiotiques. Des scanners pulmonaires ont par ailleurs été réalisés avant le début de l’étude et après cinq jours complets de traitement.

Après cinq jours de traitement, les patients du groupe ayant reçu en plus de l’hydroxychloroquine présentaient un bilan nettement meilleur concernant la pneumonie, avec une amélioration chez 80,6% d’entre eux (dont 61,3% présentaient une « amélioration notable »), contre 54,8% pour le groupe contrôle.

Lire aussi | Ce que vous devez savoir sur le coronavirus

Les symptômes de fièvre et de toux se sont également atténués plus rapidement dans le groupe traité avec l’hydroxychloroquine que dans le groupe contrôle, selon les chercheurs. En conclusion, les auteurs restent prudents, estimant que « le potentiel de l’hydroxychloroquine pour le traitement du Covid-19 a été partiellement confirmé ».

« Considérant qu’il n’y a pas d’autre option actuellement, il paraît prometteur d’utiliser l’hydroxychloroquine sous surveillance », poursuivent-ils tout en soulignant qu’il faut « une étude clinique plus large et des recherches (…) pour éclairer le mécanisme spécifique de l’hydroxychloroquine et optimiser le traitement ».

Le Pr Didier Raoult, médecin français promoteur infatigable de l’utilisation de l’hydroxychloroquine, auteur de deux études à la méthodologie controversée sur l’utilisation contre le Covid-19 de ce dérivé d’un antipaludéen courant, s’est félicité sur Twitter des résultats de cette étude: « Malgré le petit nombre de cas, la différence est significative. Ceci montre l’efficacité de ce protocole », fait-il valoir.

Avec AFP

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Coronavirus : 21 nouveaux cas annoncés ce mercredi à 8h00

Article suivant

Coronavirus : Les Etats-Unis s’attendent à au moins 100.00 morts