Aéronautique

Coup d’accélérateur à la formation

L’Etat et le Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS) renforcent leur collaboration. Ils viennent de signer à Rabat un mémorandum d’entente relatif à la gouvernance de l’Institut spécialisé dans les métiers de l’aéronautique et de la logistique aéroportuaire (ISMALA) et à la formation en Maintenance et Réparation Aéronautique (MRO).


L’accord a pour objectif l’établissement d’un partenariat entre l’Office de la formation et de la promotion du travail (OFPPT) et le GIMAS par la création d’une société commune pour la gestion de l’lSMALA. L’institut sera ainsi dédié à la formation dans les métiers du MRO afin de répondre aux besoins évolutifs des opérateurs de la filière en ressources humaines qualifiées.

Dans le cadre de cet accord, souligne le ministère de l’Industrie, l’ISMALA opérera en complémentarité avec l’Institut des métiers de l’aéronautique (IMA), qui dispose déjà d’une carte de formation qualifiante et continue adaptée aux besoins des autres écosystèmes, notamment l’assemblage et l’EWIS (système d’interconnexion de câblage électrique). De même, et afin de répondre aux besoins des entreprises en profil Middle Management (MM) et de renforcer ainsi la chaîne de compétences du secteur aéronautique, il est prévu de mettre en place, au niveau de l’IMA, une structure dédiée MM, pour former des cadres intermédiaires aux compétences transverses à l’industrie aéronautique.

Nouvelle feuille de route

Pour le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, ce partenariat vise à mettre les professionnels du secteur aéronautique au centre de la gestion de l’Institut, avec un modèle de gouvernance en phase avec la nouvelle feuille de route sur le développement de la formation professionnelle, ce qui permettra d’assurer une meilleure adéquation formation-emploi dans le domaine de la maintenance aéronautique et de répondre, ainsi, aux besoins en compétences de cet écosystème.

Pour sa part, Saaid Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a indiqué qu’à travers la signature de cet accord, l’OFPPT et le GIMAS viennent de sceller un partenariat solide pour développer la formation dans les métiers de l’aéronautique, relevant que cette initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la feuille de route sur la formation professionnelle qui a été présentée en avril dernier devant SM le roi Mohammed VI.

Ce partenariat constitue un modèle pilote en matière de gestion déléguée des instituts de formation professionnelle, a-t-il ajouté, relevant que le ministère envisage de mettre d’autres organismes de formation professionnelle sous gestion déléguée car ce mode de gouvernance a fait la preuve d’efficacité et d’efficience.

De son côté, Loubna Tricha, directrice générale de l’OFPPT, a affirmé que l’objectif visé à travers la signature de ce mémorandum d’entente est de garantir une meilleure réactivité et une meilleure adaptation de l’ISMALA aux besoins du marché de l’emploi, relevant que l’aéronautique est un secteur névralgique et stratégique pour le développement économique du Maroc.

Benbrahim El Andaloussi, président d’honneur du GIMAS, a, quant à lui qualifié d’important et d’innovant cet accord de partenariat public-privé qui tend à développer la maintenance aéronautique afin de répondre aux besoins locaux notamment de Royal Air Maroc, ainsi que d’autres compagnies aériennes internationales, soulignant l’impératif de disposer d’une formation de très haute qualité dans ce domaine pour pérenniser ce secteur et renforcer la position du royaume en tant que pays d’intelligence.

Pour rappel, d’après les statistiques du GIMAS, le taux d’intégration locale en 2017 a atteint 29%, contre 17% en 2016, et le ministère de l’Industrie table sur 35% d’ici 2020. Le Maroc entend dépasser les 26 milliards de DH de chiffre d’affaires à l’export d’ici 2020.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Aid El Fitr : les conseils d'Autoroutes du Maroc

Article suivant

Aramex Maroc étend son activité au fret routier