Santé

Covid-19 : ces pays où le virus mutant a été détecté

Les nouvelles souches du nouveau coronavirus s’étendent à de plus en plus de pays. Grande-Bretagne, Afrique du Sud, Espagne, Japon, Italie, Danemark, Suède, Allemagne, Pays-Bas, Australie, Liban, France, l’Espagne, Canada… la liste s’allonge au fil des jours, propageant le mutant.


Décidément, le nouveau coronavirus aime jouer avec nos nerfs. A l’approche des débuts de campagne de vaccination dans plusieurs pays, les nouvelles souches du virus responsable de la Covid-19 sont observées de plus en plus dans le monde. Petit à petit, le mutant se propage. Une quinzaine de pays ont déjà déclaré des cas. La France et l’Espagne ont annoncé hier samedi 26 décembre leurs premiers cas. Dans l’Hexagone, la première contamination à ce variant du virus de la Covid-19 a été observée pour la première fois en France à Tours chez un Français résidant habituellement au Royaume-Uni.

En Espagne, quatre cas confirmés de contamination par ce même variant britannique du nouveau coronavirus ont été détectés pour la première fois. Tous concernent des personnes arrivées récemment du Royaume-Uni, comme le patient français, ou cas-contact d’un voyageur en provenance de ce pays.

Le variant britannique a fait également à nouveau son entrée en Italie à travers six personnes qui ont été testées positives à leur arrivée dans le pays en provenance de Londres, portant à une dizaine le nombre de cas recensés, ont indiqué hier samedi les autorités de santé.

Lire aussi : Coronavirus : premier cas en France du variant apparu au Royaume-Uni

Autre pays touché hier samedi, la Suède où la variante a été détectée « sur une personne qui a voyagé depuis le Royaume-Uni », a indiqué l’Agence de santé publique suédoise dans un communiqué. Il s’agit « d’un premier cas isolé ». Le pays voisin de la Suède, le Danemark, n’a pas été épargné par la variante anglaise. Jeudi dernier, les autorités sanitaires ont annoncé avoir enregistré un total de 33 cas de contamination par ce même variant du virus Covid-19.

Le variant britannique du coronavirus semble de plus en plus planétaire. Des cas d’infections à cette version mutante du virus ont pour la première fois été repérés également au Canada, ont annoncé hier samedi les autorités sanitaires de l’Ontario. « Les cas sont un couple de Durham qui n’ont pas d’antécédents de voyages, d’expositions (au virus) ni de contacts à risques élevés », précise le ministère de la Santé de cette province du centre du Canada, dans un communiqué.

Lire aussi|ZLECAf : Plus d’opportunités que de risques pour les entreprises marocaines

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), d’autres pays ont annoncé avoir détecté cette variante, notamment les Pays-Bas et l’Australie. L’Allemagne a détecté un cas de cette variante chez une femme arrivée à l’aéroport de Francfort le 20 décembre en provenance de l’aéroport Heathrow de Londres. Une première contamination a aussi été confirmée au Liban.   Au Japon, sept cas ont été signalés dans l’archipel. Tous ont été détectés lors de dépistage à l’aéroport, sur des voyageurs en provenance du Royaume-Uni.

Outre cette variant britannique, une deuxième variante a été observée en Afrique du Sud. Selon les experts, ces deux variantes ne sont pas plus dangereuses. Mais elles sont en revanche plus contagieuses que celles observées jusqu’ici. De l’ordre de 70% pour la Britannique, d’après une étude de la London School of Hygiene and Tropical Medicine. A noter qu’une nouvelle variante du coronavirus, différente de celle signalée en Afrique du Sud, mais qui « partage certaines mutations avec celle découverte au Royaume-Uni » a été identifiée au Nigeria, sans qu’un lien puisse être établi avec l’accélération des contaminations, selon le Pr Christian Happi.

Aujourd’hui, face cette stupeur qui a saisi le monde entier, la vraie bonne nouvelle, de nature à rassurer surtout les autorités sanitaires, c’est qu’il est très vraisemblable que les vaccins, déjà utilisées ou sur le point de l’être soient efficaces contre la mutation anglaise. Mieux encore, le PDG du laboratoire BioNtech, qui a mis au point un vaccin avec Pfizer, assure que son groupe sera capable de fournir un nouveau vaccin « en six semaines » en cas de mutation significative de la Covid.

Lire aussi : Importation : adoption d’un projet de loi sur la suspension des droits d’importation du blé tendre et ses dérivés

 
Article précédent

Industrie : le chinois Citic Dicastal inaugure sa deuxième plateforme à Kénitra

Article suivant

Covid-19 : pourquoi une majorité de Français n'envisagent pas de se faire vacciner