Pandémie

Covid -19 : la propagation au Maroc s’accélère par rapport au reste du monde !

Alors que plusieurs pays européens viennent d’opter pour une « Saison 2 » de confinement dans une tentative de limiter la propagation de la nouvelle vague de la pandémie du Covid-19, la situation épidémiologique au Maroc est loin d’être plus reluisante avec une moyenne quotidienne de nouvelles contaminations qui ne descend presque plus sous le plancher des 3000 et un seuil de 50 décès journaliers liés au nouveau coronavirus qui semble, désormais, bien consolidé !


Face à une telle recrudescence, de plus en plus de voix s’élèvent, notamment au sein du milieu médical et hospitalier, pour réclamer un durcissement des restrictions déjà établies (et pour certaines villes déjà assez dures !), voire le rétablissement du confinement généralisé avant qu’un premier vaccin (probablement chinois) ne puisse être administré à large échelle à la population (en début 2021 dans les hypothèses les plus optimistes). Et depuis hier, une nouvelle donne ne manquera pas de revigorer ces appels et de leur donner davantage de grain à moudre à leurs arguments même si l’économie marocaine est déjà quasiment à genoux et qu’un nouveau tour de vis risque de compromettre davantage le redémarrage attendu en 2021.

Lire aussi | Vaccination anti-grippal : le ministère de la Santé snobe toujours les vraies questions

Une donne qui ressort des dernières statistiques de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et notamment celles relatives à la prévalence de la pandémie relativement à la taille de la population appréhendée par le ratio Total Cas/1.000.000 d’habitants. Aussi, avec un peu plus de 6006 cas, le Maroc vient de dépasser, et pour la première fois depuis quelques heures, la moyenne mondiale qui atteint, désormais, 5992 cas. Certes, notre pays se situe encore « à peine » au 89ème rang mondial en matière de prévalence relative du Covid-19 et il y demeure toujours devancé par plusieurs pays arabes comme la Jordanie, le Qatar, les Émirats arabes unis et la Libye, en plus de deux autres pays africains (Cap Vert et Afrique du Sud), mais la pente glissante qu’il emprunte depuis quelques semaines est des plus préoccupantes, comme le démontre le tableau ci-après.

Dans l’athanor des statistiques funestes de la pandémie du Covid-19, le seul indicateur important où le Maroc présente (jusqu’à présent !) des résultats sensiblement moins alarmants que la moyenne mondiale est celui du nombre de morts par million de personnes. Quand bien même la barre des 100 décès déplorés vient d’être franchie, le Maroc reste encore loin de la moyenne mondiale qui s’établit à 154… Mais là encore la récente accélération risque de changer (encore une fois) la donne à court terme.

Lire aussi | La BNPJ ouvre une enquête après la diffusion d’un faux communiqué annonçant un reconfinement total dans le royaume

Alors que la deuxième vague est hélas bel et bien là, espérons tout de même que le croquemitaine d’un reconfinement qui serait vraisemblablement ruinant pour une économie déjà sérieusement mise à mal puisse réellement élever le sens des responsabilités des citoyens pour le respect des gestes barrières, la réduction des déplacements non nécessaires, le port correct du masque et le respect tout simplement des dernières restrictions administratives prise ici et là. C’est le seul espoir de ramollir cette deuxième vague (à défaut de l’enrayer) au cours des prochaines semaines pour épargner un maximum de vies et relâcher la pression sur un personnel de la santé déjà au bord du burnout et la dépression.

Lire aussi | NARSA : trois centres d’immatriculation fermés

 
Article précédent

La BNPJ ouvre une enquête après la diffusion d’un faux communiqué annonçant un reconfinement total dans le Royaume

Article suivant

NARSA : trois centres d'immatriculation fermés