Pandémie

Covid-19. Le ministère de la Santé stoppe la commercialisation de l’autotest salivaire Covid-19 « Made in Morocco »

Finalement, l’autotest salivaire Covid-19 « Made in Morocco » n’a été commercialisé dans les offices que pendant une quarantaine de jours. Fabriqué et mis sur le marché par la société marocaine Gigalab, le produit a été retiré du marché. Mais derrière ce retrait se cache une bataille opposant d’un côté la société productrice Gigalab et les pharmaciens et de l’autre les biologistes. Les détails.


Dans un courrier signé le 14 juillet par la directrice du médicament et de la pharmacie (DMP), Bouchra Meddah et adressé à l’Ordre des pharmaciens (voir ci-dessous), le ministère de la Santé annonce « le rappel de lot du réactif à usage de diagnostic in vitro Gigalab Covid-19 Ag Gold Salive ».

Le Département dirigé par Khalid Aït Taleb justifie ce retrait du marché par les résultats des missions d’inspections réalisées suite des requêtes concernant l’autotest salivaire.

« Suite aux réclamations concernant ce réactif, des missions d’inspection ont été diligentées auprès des officines de pharmacies et des établissements pharmaceutiques grossistes répartiteurs », peut-on lire sur le document.

 « En effet, il a été constaté que le réactif à usage de diagnostic in Vitro Gigalab Covid-19 Ag Gold Salive de l’établissement Gigalab, a été mis en vente dans les officines à travers les établissements pharmaceutiques grossistes répartiteurs, et ce, sans autorisation du ministère de la Santé ». 

« De ce fait, le ministère de la Santé a ordonné le rappel sans délai du lot 2101S701-01/2023 du réactif », justifie le ministère de la Santé.

Il faut dire que derrière ce retrait se cache une bataille opposant d’un côté la société productrice Gigalab et les pharmaciens et de l’autre les biologistes. En effet, ces derniers à travers la Chambre syndicale des biologistes avaient adressé le 7 juillet dernier un courrier (voir ci-dessous) à Bouchra Meddah, pour dénoncer « la commercialisation dans les pharmacies de kits de diagnostic rapide antigénique salivaire Covid-19 ».

Selon ces biologistes, les pharmaciens ne sont pas habilités à réaliser des examens de biologie médicale, sauf ceux spécifiés dans l’arrêté du ministère de la Santé 1131-13 relatif à la loi 12-01, notamment la recherche de glucose dans les urines par bandelette réactive, la recherche de corps cétoniques dans les urines par bandelette réactive ou encore la recherche des protéines, dans les urines par bandelette réactive.

Pourtant, selon une source proche de Gigalab, comme l’exige le ministère de la Santé, une évaluation du test salivaire a été effectuée par le laboratoire militaire, un des trois laboratoires relevant du département de Khalid Aït Taleb, qui a bien délivré un PV de fiabilité à la société productrice. Ce n’est que par la suite qu’une commission du ministère de la Santé a autorisé le test salivaire, précise la même source. C’est dire que cette affaire n’est pas encore terminée.

Fondée en 2007 par Karim Zaher, cette entreprise marocaine de biotechnologie fondée en 2007, avait lancé le 3 juin dernier une unité industrielle de production de tests Covid-19 permettant la fabrication d’un test PCR et deux tests rapides avec une capacité de production de 2.000.000 unités/mois pour chaque test. 

Lire aussi | Coronavirus : le test Covid qui va changer la donne

 
Article précédent

Mehdi Lahlou : à 14 ans il espère intégrer la Montverde Academy, un tremplin vers la NBA

Article suivant

Investissements espagnols au Maroc. Le Premier ministre espagnol épinglé pour une fake news