Entrepreneuriat

Coworking : Hello Desk ouvre ses portes à Casablanca

Niché en plein cœur de la capitale économique, Hello Desk se veut un espace de coworking moderne offrant toutes les commodités nécessaires aux entrepreneurs, freelances et formateurs pour être plus productifs et plus créatifs.


L’éclosion, ces dernières années, d’un tissu entrepreneurial marocain de plus en plus solide et dense a engendré un besoin important en matière d’espaces de coworking. Pour combler ce besoin, plusieurs espaces de coworking tels que Hello Desk ont ouvert leurs portes à Casablanca et dans les autres grandes villes du royaume. Nouvel espace de travail aménagé et équipé, Hello Desk a en effet récemment ouvert ses portes en plein centre de Casablanca. Cette startup propose ainsi 70 postes de travail clefs en main et des salles de réunion, sans durée minimale d’engagement ni caution, destinés aux TPME, aux startups, aux freelances et aux filiales d’entreprises étrangères qui ne souhaitent ni s’engager dans un bail à long terme peu flexible, ni perdre du temps dans l’aménagement et la gestion d’un espace de travail.

Lire aussi| Le Think-Tank IMIS étudie la chaîne de valeur du textile marocain post-Covid

« Sérénité et professionnalisme sont les maîtres mots de ce lieu entièrement dédié au travail et au partage d’idées et d’expériences », confie Omar Laraki, gérant de Hello Desk. « Il y a un besoin au Maroc en termes de coworking. Les entrepreneurs ont besoin de flexibilité, de partage d’expériences et de socialisation et de travailler dans un cadre professionnel plutôt que de chez soi. Le coworking leur permet aussi d’économiser les frais d’aménagement et de bénéficier d’un poste de travail qui soit directement opérationnel », estime-t-il. Hello Desk se veut un lieu convivial, spacieux et lumineux afin d’accentuer la sensation de bien-être et d’épanouissement au travail.

Lire aussi | Nouveau dispositif réglementaire de traitement des biens acquis par dation en paiement : le Groupe BCP le premier à trinquer

Ainsi, dès l’entrée, un open space accueille les coworkers, et tout autour, plus d’une vingtaine de bureaux vitrés individuels ou multipostes, des salles de réunion de 2 à 10 personnes, des bibliothèques et des espaces détente… « Tout a été pensé pour offrir un environnement de travail agréable et studieux dans une ambiance boisée, chaleureuse et verte. Des prestations sont ainsi offertes, telles que l’accès 7j/7 et 24h/24 à l’espace, la connexion fibre optique, le ménage quotidien, le thé et café à volonté et un service accueil et reprographie. Les solutions de travail débutent à 1250 MAD HT/mois pour une position en coworking et à 2850 MAD HT/mois pour un bureau privé pour une personne », précise le management. Soulignons que Hello Desk a ouvert ses portes début juillet 2020 et est actuellement en phase de commercialisation. Toutefois, la pandémie et ses mesures restrictives ralentissent un peu le business. Il va sans dire que certains porteurs de projets privilégient actuellement le télétravail.

Lire aussi| Énergies renouvelables : SM le Roi inquiet du retard

« Mais une fois qu’on aura passé cette phase de crise sanitaire, les entrepreneurs vont se réapproprier la notion du coworking parce qu’elle offre plusieurs avantages par rapport au bail classique », fait remarquer le gérant, soulignant que Hello Desk se veut également un espace écologique qui se soucie de son impact environnemental. « Tous les espaces sont agrémentés de plantes pour créer une ambiance zen et naturelle et booster la créativité des coworkers. Des mesures eco-friendly ont également été mises en place : tri sélectif des déchets, ménage à base de produits naturels, utilisation de matériaux naturels et durables, éclairage LED, etc. », apprend-t-on. Hello Desk a mis en place un dispositif sanitaire pour assurer la sécurité des coworkers. Les espaces sont régulièrement désinfectés, du gel hydro-alcoolique est mis à disposition et la capacité d’accueil a été réduite.

En termes d’ambitions, le management entend dupliquer le modèle de Hello Desk dans les autres quartiers de la ville de Casablanca, et aussi dans plusieurs autres villes du royaume dans les prochaines années afin de répondre à la demande croissante qui s’observe.

 
Article précédent

Jean-Michel Blanquer estime que “l’islamo-gauchisme fait des ravages”

Article suivant

Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, vendredi 23 octobre