Financement

Crowdfunding : Dernière étape vers la règlementation

Le gouvernement accélère la mise en place d’un cadre légal du financement collaboratif. Le projet de loi devra être amendé par les députés mardi prochain.


Les députés ont jusqu’à mardi prochain pour déposer à la Commission des finances leurs amendements sur le projet de loi relatif au financement collaboratif (crowdfunding), rapporte L’Economiste dans son édition de ce vendredi 17 janvier. Pour Mohamed Benchaâboun, les projections sur le plan international prévoient un marché de 140 milliards de dollars d’ici 2022. Parallèlement, des campagnes de sensibilisation seront organisées pour la vulgarisation de cet instrument auprès du grand public.

Lire aussi : Le Crowdfunding adopté pour le financement des entreprises

Concernant le Maroc, poursuit le quotidien économique, “il faut noter, que déjà des opérations de financement en crowdfunding ont pu être réalisées, principalement à partir de plateformes installées à l’étranger, mais ces dernières sont restées limitées”, explique Benchaâboun.

Le projet de loi n° 15-18 sur le financement collaboratif a été approuvé par le Parlement. Une fois passée par le secrétariat général du gouvernement, adoptée et entrée en vigueur, cette réglementation devra stimuler de nouvelles formes de financement, dynamiser les plateformes électroniques, les startups, les porteurs de projet et promouvoir l’entrepreneuriat sous toutes ses formes.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Nouveau revers pour Maroc Numeric Fund

Article suivant

Comment la Bourse de Casablanca a rattrapé ses pertes de 50 milliards de DH essuyées en 2018