Culture

Croyons en ce festival

Des stars de tous bords débouleront du 7 au 15 juin 2013 sur cette belle ville pour  la 19e édition du Festival des musiques sacrées du monde. Avec notre coup de coeur à l’endroit de la Libanaise Abeer Nehme. PAR FARID BAHI



U
ne édition qui rappelle l’affiliation andalouse de la ville, il était  temps. On aurait aimé que ceci soit
« dissimulé » l’an prochain lors de la Vingtième en évoquant le chiffre rond, mais l’organisation en a décidé bizarrement autrement. Que comptera-t-elle offrir comme thème pour commémorer la deuxième décennie de l’évènement, par ailleurs unique au monde ? Seulement, Mohamed  Kabbaj, président de la Fondation Esprit de Fès, a ses mots pour justifier le choix de cet intitulé : «(Pendant)  l’année  2013 (…) sera fêtée partout en Andalousie et dans le monde le millénaire de la création du Royaume de Grenadepar les Zirides». Suffisant ? Seulement, seulement et seulement, ce festival nous  surprend à chacune de ses livraisons. Cette année encore, les différentes scènes de la ville livreront des moments majeurs en menus de prédilection. Le programme, lui, confond les noms et les lieux de leurs  représentations. On s’arrête sur le cas de la Libanaise maronite Abeer Nehme (32 ans) retenue pour «Les Nuits de la Médina».

 Elle aurait mieux frappé à Dar Makina. Cette  quasi- musicologue, forte en approche Tarab, est une puissance indéterminée. Sa voix est frappante, son état humble rappelle ceux qui ne savent pas prendre du bon  temps mais qui excellent en sachant bien s’ennuyer. Pour les Marocains, le retenu est son duo avec Ramy Ayach en 2009 pour «Belaaks». Sinon, le festival propose des  moments musicaux de pur fait accompli : Paco De Lucia, Ladysmith Chicago Gospel Experience, Assala Nasri… Un set en plusieurs soirs, un set tout court. ■

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Temps Plein Aménagé: le grand fiasco

Article suivant

Bourse: l'objectif est de sortir de la morosité