Informatique

Data Plus placé en redressement judiciaire

A l’heure où l’industrie marocaine est au centre de tous les débats et espoirs pour tirer le meilleur parti du post-Covid19, un des rares industriels marocains du secteur du matériel informatique se trouve au bord du précipice.


En effet, Data Plus, l’assembleur des ordinateurs de bureau qui fut un des pionniers au Maroc dans cette activité de produits électroniques et informatiques grand public, vient d’être déclaré en redressement judiciaire par le Tribunal de commerce de Casablanca.

Lire aussi | Concurrence : Driss Guerraoui veut une « égalité des chances » entre les entreprises

Une situation qui n’est que la conséquence d’une longue descente aux enfers, que ni l’arrivée en 2011 de la SGMB (à travers sa structure d’investissement Investima qui y a investi quelques 12 millions de dirhams), ni l’augmentation de capital de 2017, n’ont pu, hélas, endiguer. Il faut dire, qu’après le repli du métier industriel historique (opéré sur le site de la zone industrielle Sogepib à Bouskoura qui assemblait des ordinateurs sous la marque Olivetti avant de se lancer dans les tablettes sous sa marque propre RMC), le nouveau virage de la distribution entrepris progressivement dans le sillage de l’obtention de la représentation au Maroc de cartes prestigieuses comme Asus, Lenovo, OKI, Microsoft et LG Mobile, ne s’est pas non plus avéré des plus concluants avec des marges étriquées et un besoin de fonds de roulement en creusement constant.

Lire aussi | Maroc Bureau se lance dans la fabrication de lits d’hôpitaux

Aujourd’hui, l’actionnaire historique, Chakib Rifi qui a fondé Data Plus en 1999, travaille d’arrache-pied avec son partenaire Investima, pour présenter au Tribunal de commerce un plan de relance incluant recapitalisation et nouvelle orientation stratégique. Serait-ce suffisant pour sortir de l’ornière, alors que plusieurs acteurs de la distribution IT ont déjà mis la clef sous le paillasson ou sont en voie de l’être au cours des dernières années (Microchoix, Diffazur…) ?  La crise actuelle serait-elle porteuse d’opportunités ou plutôt du coup fatal pour une société qui a peut-être déjà mangé son pain blanc ? A suivre !

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Rachid Maaninou, le nouveau visage de la diplomatie marocaine au Kazakhstan

Article suivant

Rapatriement de 7.100 travailleuses saisonnières marocaines de Huelva à partir de ce samedi