Industrie

Décarbonation des TPME industrielles : le programme « Tatwir croissance verte » lancé

Le ministère de l’Industrie vient de lancer le programme « Tatwir croissance verte » pour l’appui à la décarbonation des TPME industrielles dans le cadre de la relance industrielle (2021-2023). Ce programme est déployé à travers l’Agence Nationale pour la Promotion de la PME (Maroc PME) et l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique (AMEE).


 « Tatwir croissance verte » vise à accompagner les TPME industrielles dans leurs démarches de développement de process et produits décarbonés et à appuyer l’émergence de nouvelles filières industrielles vertes compétitivité et la réduction de la pollution industrielle. « Cette initiative s’inscrit dans le cadre de l’exécution des Hautes Orientations Royales en matière de développement de l’économie verte, de la promotion de l’efficacité énergétique et du développement durable. Le Maroc s’est résolument engagé dans la transition verte de son économie en optant pour la décarbonation de son industrie qui s’impose désormais en tant que critère important d’accès aux marchés étrangers », a souligné Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, en marge du lancement du programme. Il a aussi précisé que ce programme permet d’appuyer l’excellence opérationnelle des TPME tout en réduisant leur empreinte écologique et de soutenir leur repositionnement stratégique sur des marchés porteurs dans le cadre de nouveaux modèles économiques durables et innovants. Force est de noter que « Tatwir Croissance verte » cible divers projets de croissance verte.

Lire aussi| AfricaPay ambitionne de devenir la première néo-banque du continent

Il s’agit des projets de transition énergétique portant notamment sur l’optimisation des pratiques et des performances énergétiques des équipements (efficacité énergétique) et l’utilisation d’énergies renouvelables. Il y a aussi les projets d’amorçage de filières industrielles vertes saisissant les nouvelles opportunités de marché (production d’équipement de recyclage industriel, production de chauffe-eaux solaires et photovoltaïques, produits d’isolation thermique, etc.), ainsi que des projets d’innovation et de développement de produits éco-conçus ayant une empreinte carbone positive (véhicule Hybride ou électrique, moto électrique, Produits Bio, Produits à base de matières recyclées, etc.). Il porte aussi sur des projets de mise en place de technologies propres dans les procédés de fabrication et des flux matières permettant une utilisation rationnelle des matières premières et la réduction de la quantité d’effluents polluant l’environnement (step, isolation thermique, recyclage des déchets, etc.).

Lire aussi| Campagne de vaccination : le ministère de la Santé rassure sur le déroulement de l’opération

Notons que « TATWIR – CROISSANCE VERTE » permettra dans une première phase de générer un investissement global de près de 1 milliard de DH. Dans le détail, ce programme propose une offre intégrée portant sur le soutien à l’investissement, l’appui à l’innovation et à la créativité et le conseil et l’expertise pour la transformation verte des TPME industrielles. Force est de souligner que l’offre comprend une prime d’investissement de 30 % pour l’appui au financement des équipements industriels, une aide remboursable de 5% du projet d’investissement pour contribuer au financement des besoins en fonds de roulement des projets d’amorçage dans de nouvelles filières industrielles vertes. Il est aussi question d’une  prise en charge allant jusqu’à 50% des dépenses engagées en matière d’innovation et de développement des produitsnotamment les frais d’études techniques, de développement des maquettes et de prototypes, de tests et analyses de laboratoires, de brevets et marques, etc. A cela s’ajoute une prise en charge allant jusqu’à 80% pour les PME et 90% pour les TPE au titre des actions de conseil et d’expertise technique portant notamment sur les audits et diagnostics énergétiques et environnementaux, la mise en conformité aux normes et labels, les systèmes de suivi en temps réel de la productivité énergétique (Internet of thing IOT), l’analyse de l’impact environnemental d’un produit, etc.

 
Article précédent

Coronavirus : au moins 16% des entreprises en arrêt définitif ou temporaire au terme du 2nd semestre 2020

Article suivant

Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies