Diplomatie

La Chine se prémunit contre les ingérences dans ses affaires intérieures

La Chine vient d’adopter une loi qui doit lui permettre de faire face aux tentatives d’ingérence dans les affaires intérieures. Les anciennes puissances coloniales usent souvent unilatéralement de ce mécanisme international pour justifier leurs interventions et maintenir leur hégémonie dans le monde. Une situation qui n’est pas très différente de celle récemment vécue par le Royaume du Maroc, face à l’Espagne qui n’a pas pu rompre avec son passé colonial. Voici le texte reçu de l’Ambassade de la République Populaire de Chine, dans son intégralité. « La Loi contre les sanctions étrangères a été adoptée en Chine ». LI Changlin, Ambassadeur de Chine au Maroc.


Le 10 juin, le Comité permanent de l’Assemblée populaire de Chine a adopté la loi contre les sanctions étrangères. Il s’agit d’un outil juridique contre l’ingérence étrangère et la juridiction au bras long, instrument permettant à la Chine de mieux sauvegarder sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts de développement. En effet, depuis un certain temps, certains pays occidentaux obsédés par le refus d’accepter une Chine toujours plus prospère et poussés par leurs préjugés idéologiques, ont porté des accusations sans fondement contre la Chine, notamment en matière de questions relatives au Xinjiang et à Hongkong. Ces pays, en se basant sur leurs propres lois, ont imposé de prétendues «sanctions» aux organes, organisations et fonctionnaires d’État chinois concernés. Ces actes constituent une ingérence grossière dans les affaires intérieures de la Chine.

Lire aussi| Adil Bennani : «Il reste beaucoup à faire pour dynamiser l’hybride et l’électrique au Maroc»

La loi contre les sanctions étrangères est un dispositif de riposte. Les contre-mesures prises par la Chine visent les entités et les individus qui   s’ingèrent dans les affaires intérieures de la Chine, les intérêts des institutions et personnes exerçant légalement ne seront pas impactés. La loi chinoise a pour objectif de fournir un soutien et une garantie juridiques solides dans la lutte contre les mesures discriminatoires d’un pays étranger et de stipuler des contre-mesures telles que le refus de délivrance de visa, l’interdiction de toutes activités sur le territoire chinois et la saisie des avoirs des entités et des individus ciblés. La loi contre les sanctions étrangères reflète la volonté de la Chine  de combattre l’ingérence étrangère. Contrairement à ce que prétendent certains médias occidentaux, cette loi ne perturbera en aucun cas les activités et les investissements étrangers en Chine. Elle offre bien au contraire un cadre juridique prévisible et un environnement des affaires plus stable. La porte de la Chine ne se refermera pas, elle s’ouvrira toujours plus grande et le Gouvernement chinois s’attelle à optimiser l’environnement des affaires du pays et à partager avec le reste du monde les opportunités offertes par les progrès de la Chine. Les entreprises et investissements étrangers sont toujours les bienvenus et leurs droits et intérêts seront protégés conformément à la loi.

À l’heure actuelle, le monde vit des changements jamais vus depuis un siècle. L’humanité est confrontée aux multiples défis auxquels il faut des réponses communes. C’est le cas pour la gestion de la pandémie de Covid-19. La solidarité et la coopération internationales doivent guider la politique internationale des tous les pays. Si des pays occidentaux restent attachés à leurs préjugés idéologiques, à la politique du plus fort et à l’intervention dans les affaires des autres pays, ils seront condamnés à s’engager dans un chemin sans retour.

Lire aussi| Marhaba 2021. Les hôteliers s’engagent à appliquer des offres tarifaires exceptionnelles pour les MRE

Les sanctions unilatérales violent la souveraineté des pays et menace la paix mondiale. L’histoire nous renseigne que les pays en voie de développement sont souvent les plus grandes victimes. Les leçons de l’histoire peuvent servir le présent. La Chine ne laissera jamais la souveraineté nationale, la sécurité et les intérêts de développement du pays être compromis. Elle ne permettra jamais à aucune personne et à aucune force de diviser le territoire sacré de la patrie. La Chine d’aujourd’hui n’est pas la Chine d’hier. Les Chinois ne sont pas des agneaux silencieux. Les Chinois ne provoquent personne, mais ils n’ont pas peur des provocations venant des autres. «La posture du professeur et de l’élève ne fonctionne plus». Il faut que la diplomatie de muscle cède la place à la coopération internationale mutuellement bénéfique et respectueuse.

Face à l’ingérence étrangère, et surtout à l’emploi arbitraire des sanctions unilatérales, tous les pays épris de paix et de justice doivent conjuguer leurs efforts pour combattre des pratiques hégémoniques, en vue de l’avènement d’un monde plus juste et équitable ».

 
Article précédent

Melilla : tentative échouée d'entrée de 150 migrants clandestins grâce à la collaboration du Maroc

Article suivant

Murcie. Un marocain abattu par un espagnol sur la terrasse d’un café