Immobilier

Le défi de la formation aux nouveaux métiers

Les conséquences du dérèglement climatique ont induit un changement de paradigme dans plusieurs secteurs. Le secteur immobilier n’y échappe pas. Ainsi, pour répondre aux défis du développement durable, les acteurs doivent trouver de nouvelles façons de concevoir leurs différents projets afin que ceux-ci répondent aux normes environnementales et climatiques. « Le tout béton » n’a plus le vent en poupe, et dans certains pays industrialisés, il ne fait même plus vendre. Ayant pris conscience de la situation, les professionnels au Maroc ont commencé à réfléchir depuis quelques années à la problématique du développement durable dans leur secteur, afin de trouver les voies et moyens nécessaires pour concilier développement et projets immobiliers. Ainsi, dans le sillage de cette réflexion, le groupe ESPI (Ecole Supérieure des Professions Immobilières) a lancé le Colloque international de l’immobilier dont la deuxième édition s’est tenue à Marrakech les 20 et 21 avril derniers. Placée sous le thème de la construction durable et de l’aménagement durable, cette rencontre a réuni une panoplie de professionnels du secteur (architectes, fonds d’investissement en immobilier, promoteurs immobiliers, notaires, etc.). L’objectif pendant ces deux jours était de débattre des dernières actualités liées au marché immobilier marocain, et aussi d’évoquer les défis dont notamment la formation aux nouveaux profils dont le secteur a besoin pour répondre efficacement aux exigences du développement durable.


« La question de durabilité dans le secteur immobilier est relativement récente au Maroc», a fait remarquer Mohamed Iqbal El Kettani, directeur délégué de la Fédération Nationale des Promoteurs Immobiliers (FNPI) dans son intervention lors de ce colloque. « Dès 2009, notre fédération a initié la réflexion dans ce sens en mettant en place une association marocaine pour la construction durable. Nous avons également créé une commission Normalisation liée au développement durable », a-t-il poursuivi. Rappelons que la FNPI compte quelque 700 entreprises spécialisées dans la promotion immobilière au Maroc. Il faut dire que le développement durable est devenu aujourd’hui un enjeu capital pour le secteur immobilier. Et les professionnels du secteur, tous profils confondus, ont compris cela et se sont fixé comme objectif d’accompagner le Royaume dans cette vision. « Aujourd’hui, on ne peut plus construire à outrance sans remettre au centre, un certain nombre de valeurs éthiques. C’est une approche qui n’est plus acceptée. Tout cela nous amène à avoir une nouvelle façon de penser l’habitat, le logement, les bureaux », a souligné pour sa part Béatrice Dossou-Yovo, Asset Manager et fondatrice de la société Amber Stone Invest & Gallery. « Les actifs immobiliers qui respectent les normes environnementales et climatiques sont mieux valorisés dans le portefeuille des banques et autres fonds d’investissement », a-t-elle insisté. Pour Laurent Degliame, administrateur de biens et président de Degliame Immobilier Conseil et gestion (DICG), le Maroc évolue très vite et s’adapte aussi vite sur ces sujets qui constituent d’ailleurs des sujets d’avenir. « Nous avons eu la chance d’avoir accueilli la COP22 ici à Marrakech l’année dernière, et cela a énormément boosté les choses. La réglementation technique dans notre profession a changé l’année dernière et cela oblige désormais les promoteurs à faire de la qualité. Tous ces sujets que nous avons abordés autour du développement durable ont aussi aidé à avoir une vision de tout ce qui serait possible d’être fait au Maroc », a-t-il estimé. Au vu des changements qui se mettent en place dans le secteur, la formation aux nouveaux métiers devient un impératif catégorique. « La formation est très importante », a souligné Nabila El Mernissi, directrice de la Promotion Immobilière au Ministère de l’Habitat et de la Politique de la Ville. Elle a également estimé que les échanges d’expériences sont utiles pour réussir le défi. Il va sans dire, que cette deuxième édition du Colloque international du groupe ESPI a permis aux professionnels venus de divers horizons (Maroc, France Suisse, etc.) de partager leurs expériences et aussi de voir comment travailler ensemble sur certains aspects liés à la profession.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Le Japon prospecte de nouveau au Maroc

Article suivant

Renault tourne au Maroc