Divertissement

Déploiement de Pathé au Maroc : le premier multiplex retardé pour 2022

Prévue en 2020, l’inauguration du premier cinéma Pathé au Maroc sera probablement retardée de deux ans. En effet, prévue sur le site de Marjane Californie et notamment l’extension de ce premier magasin du leader marocain de la grande distribution, actuellement en cours de construction, le multiplex portant la célèbre enseigne française de cinéma ne devra ouvrir ses portes qu’en milieu 2022 au plus tôt.


La raison de ce retard a trait à la livraison du nouveau Marjane Californie, dont la date prévue initialement en 2021 devra connaître un retard de calendrier de plusieurs mois, mais également en raison de l’incertitude qui plane toujours sur la réouverture des salles de cinéma au Maroc en raison de la crise sanitaire actuelle qui avait incité les autorités marocaines à la fermeture de toutes les salles obscures dès la mise en place de l’état d’urgence sanitaire il y a un peu plus d’un an. Depuis, aucune date officielle de réouverture des cinémas n’est avancée, même si les marocains sont à 80% opposés à cette fermeture selon un récent sondage.

Lire aussi | Mostafa Terrab, PDG de l’OCP : « nos plans de développement en cours et nos futurs investissements sont inscrits dans un développement vert »

Pour l’instant, le rythme des travaux avance normalement mais c’est au niveau des équipements que le management de Pathé Californie Casablanca, la structure marocaine créée en 2018 pour piloter l’entrée du groupe Pathé au Maroc, devra lever un peu le pied le temps de jauger la relance post-Covid19 pour un secteur totalement ravagé par la crise actuelle. Quelle que soit sa date d’inauguration, Pathé Californie devra coûter plusieurs dizaines de millions de DH, alors que le programme d’investissement global de Marjane Californie totalise, lui, près de 400 millions de DH pour une extension de la GLA (surface commerciale utile) totale à 52.000 m².

Lire aussi | Les facultés privées de médecine arrivent en force !

Si les choses tournent bien, notamment en matière de relance économique et de reprise des activités de loisirs, ce futur temple casablancais du septième art devra accueillir annuellement des dizaines de milliers de clients, notamment les habitants des quartiers de Californie, Bouskoura Green City et Sidi Maârouf qui, avant la crise du Covid-19, traversaient toute la ville de Casablanca pour se rendre au Megarama ou encore à l’I-Max du Morocco Mall Casablanca, tous les deux situés à Ain Diab. 

 
Article précédent

Les facultés privées de médecine arrivent en force !

Article suivant

Retours forcés des mineurs : le parquet de Sebta ouvre une enquête