Economie

Des entreprises françaises opèrent dans l’informel

 Le créneau reste contrôlé par des entreprises étrangères, notamment françaises qui opèrent en toute illégalité.


O

n assiste de plus en plus à l’arrivée de sociétés étrangères qui se mettent au business des loisirs comme la parapente, les circuits touristiques, la randonnée en montagne…. Qui sont-elles? Comment sont-elles organisées ? Une enquête que nous avons menée révèle bien des conclusions surprenantes. D’abord, ces soi-disant sociétés sont généralement des structures françaises, qui s’installent au Royaume sans pour autant avoir de patente, ni de registre de commerce. Elles opèrent au Maroc en période où leur activité connaît une baisse dans leur pays d’origine (basse saison). C’est le cas d’une entreprise qui propose des activités de parapente dans la région de Marrakech. «Nous travaillons au Maroc du mois d’octobre jusqu’au mois de mai. Pour le reste de l’année, nous opérons en France. Car notre activité dépend du vent. Du coup, nous partageons l’année entre les deux pays en fonction des conditions climatiques. D’ailleurs, c’est le cas pour toutes les entreprises françaises qui investissent le secteur de loisirs au Maroc», explique le patron de la société.

Pas d’assurance !

Coté emploi, ces investisseurs informels, embauchent leurs compatriotes résidant au pays, ou des saisonniers qui n’ont droit à aucun document. Les clients, quant à eux, sont souvent recrutés de bouche à oreille, ou encore via les sites de deal. Ces derniers deviennent le support de commercialisation et de promotion le plus privilégié de ces professionnels de loisirs. À cela, s’ajoutent les sites internet qu’ils créent pour communiquer sur leurs offres et leurs contacts téléphoniques. Il est à préciser que tous les numéros de téléphone qu’ils mettent à la disposition des clients actuels et potentiels sont des GSM qui les atteignent dès leur départ du pays. Un autre point sur lequel il faut s’arrêter, c’est celui des assurances. En effet, lors de l’achat direct du service ou via les sites de deal «l’entreprise n’offre aucune assurance pour se prémunir contre le risque lié à la nature de l’activité elle-même. Et vu que l’entreprise n’est pas de droit marocain, elle aussi n’enregistre pas d’assurance pour son activité», explique un opérateur du secteur. Et d’ajouter : «ces entreprises ne coordonnent même pas avec les autorités pour les activités de circuits touristiques, et de randonnée en montagne. Car, en cas de catastrophe naturelle, seul l’organe de prévention civile est capable de garantir la sécurité de ces amateurs d’aventures». Somme toute, bien que ces entreprises travaillent dans l’illégalité, ils offrent leurs services à des prix considérables. La preuve, un baptême de parapente de 15 min coûte pas moins de 800 DH, les formations quant à elles varient entre 5000 DH et 8000 DH. Concernant les circuits touristiques et la randonnée de montagne (d’une semaine), il sont facturés en moyenne à 5500 DH. 

 
Article précédent

Prestigia moins chère que la concurrence?

Article suivant

Un Hyatt dans le projet de Prestigia à Marrakech…